Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Yoyo
  • Yoyo
  • : Au Nom de tous les miens et +
  • Contact

Profil

  • Yoyo
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 18:24

 

 

 

 

Puis, d’une voix tonitruante,

il ordonna aux miliciens de défoncer

le tabernacle.

L’assemblée retint son souffle et pria ardemment.

 

 

 

Tourné vers la foule l’homme crie:

 

 On va voir maintenant si votre Christ sait se défendre.

 

Voilà ce que j’en fais de votre

‘Présence Réelle’.

 

Des trucs du Vatican,

pour mieux vous exploiter!

 

 

 

Ce disant, il attrapa le ciboire

et jeta sur les dalles toutes les hosties.


Les fidèles, sidérés, reculèrent

en étouffant un cri.

 

 

 

La petite Li reste figée

sur place.

 

Oh, qu’a-t-on fait du Pain?


 

Son petit coeur droit et innocent

se met à saigner devant les hosties dispersées sur le sol.

 

 

 

N’y aura-t-il personne pour défendre Jésus ?

 

Le Commissaire se moque,

un rire gras entrecoupe ses blasphèmes.

 

Li pleure en silence.

 

 

 

Et maintenant, dehors, allez-vous-en!

Hurle le Commissaire,

et gare à celui qui oserait retourner

dans cet antre de superstitions!

 

 

 

L’église se vide.

Mais, outre les Anges adorateurs toujours présents autour

de Jésus Hostie,

un témoin se tient là,

ne perdant rien de la scène

qui se déroule sous ses yeux.

 

 

 

C’est le père Luc, des Missions Étrangères.

 

Caché par les paroissiens dans un réduit du choeur, celui-ci dispose d’une lucarne qui donne sur l’église.

 

 

 

Il s’abîme en prière réparatrice

et souffre de ne pouvoir bouger:


un geste de sa part et ses paroissiens qui l’ont camouflé là sont arrêtés pour trahison.

 

 

 

Seigneur Jésus,

ayez pitié de vous-même, prie-t-il,

avec angoisse, empêchez ce sacrilège!

Seigneur Jésus!

 

 

 

Tout à coup, un crissement brise

le lourd silence de l’église.

La porte s’ouvre doucement.

C’est la petite Li !

 

 

 

Elle a à peine dix ans et la voilà

qui s’approche de l’autel,

de ses petits pas de chinoise…

 

Le père Luc tremble pour elle:

elle peut se faire tuer à tout moment!

 

 

 

Mais il ne peut communiquer avec elle,

il ne peut que regarder et supplier tous les saints du Ciel d’épargner

cette enfant.

 

La petite se prosterne et adore en silence, comme sœur Euphrasie le lui a appris.

 

Elle sait que l’on doit préparer son cœur avant de recevoir Jésus.

 

 

 

Les mains jointes elle adresse une mystérieuse prière à son cher Jésus maltraité et abandonné.

 

Puis le père Luc la voit se baisser et,

à quatre pattes,

happer une hostie avec sa langue.


La voilà maintenant à genoux,

les yeux clos et tournés à l’intérieur

vers son visiteur céleste.

 

Chaque seconde pèse lourd,

le père Luc craint le pire…

Si seulement il pouvait lui parler!

 

Mais l’enfant repart doucement

comme elle était arrivée,

presque en sautillant.

 

 

 

Les ‘épurations’ continuent et la brigade volante des services de l’ordre fouille tout le village et ses abords.

 

 

 

Tel est le sort de la ‘Nouvelle Chine’. Parmi les paysans, personne n’ose bouger.

 

Tapis dans leurs cabanes de bambou,

ils ignorent tout de l’avenir.

 

 

 

Pourtant tous les matins,

notre petite Li s’échappe pour retrouver son Pain Vivant dans l’église et, reproduisant exactement

la scène de la veille,


elle prend une hostie avec la langue

et disparaît.

 

Le père Luc rongeait son frein:

Pourquoi ne les prend-elle pas toutes ?

 

 

 

Il connaît le nombre des hosties:

trente deux.

Ne sait-elle donc pas qu’elle peut en ramasser plusieurs à la fois ?

 

 

 

Non, elle ne le sait pas.

Soeur Euphrasie avait été bien claire:

 Une seule hostie par jour suffit.

 

Et on ne touche pas l’hostie,

on la reçoit sur la langue!

 

La petite se conforme aux règles.

 

 

 

Un jour, il ne reste plus

qu’une seule hostie.

A l’aube l’enfant se faufile comme de coutume dans l’église et s’approche

de l’autel.

 

Elle s’agenouille et prie

tout près de l’hostie.

 

Alors le Père Luc étouffe un cri.

 

 

 

Un milicien, debout dans l’embrasure

de la porte braque son revolver.

On n’entend qu’un coup sec,

suivi d’un gros éclat de rire.

 

L’enfant s’effondre aussitôt.

 

Le père Luc la croit morte,

mais non, il la voit ramper avec difficulté vers l’hostie et y coller la bouche.

 

 

 

Quelques soubresauts convulsifs,

suivis d’une soudaine détente.


La petite Li est morte.


Elle a sauvé toutes

les hosties !

 

 

 

Puissiez vous Seigneur nous pardonner

notre manque de RESPECT,

cette atteinte à votre PURETÉ,

dans la banalisation de vos Saintes

Espèces.

 

Communier dans les mains

Est(impures)

et indigne des CATHOLIQUES.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires