Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Yoyo
  • Yoyo
  • : Au Nom de tous les miens et +
  • Contact

Profil

  • Yoyo
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 21:12

La Passion du Christ


Film de Mel Gibson


cn image.size.s-mel-gibson-copie-1

 

D'après les Visions

d’Anne Catherine Emmerich


Katharina

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

 

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

 

 

Marie Dans La Maison De Caiphe.

 (Lien pour lire le récit en entier)

clic sur link


http://seigneurjesus.free.fr/chap11emmerich.htm

link

passion-du-christ-2004-05-g.jpg

 

Marie et Marie Madeleine

 

La Mère de Jésus fut ramenée par les saintes femmes, à travers Ophel, vers la maison de Marie, mère de Marc, qui était au pied de la montagne de Sion.

 

Lorsqu'ils la reconnurent, ils donnèrent de nouvelles marques de douleur et de compassion, et ils se pressèrent tellement autour de Marie, qu'elle était presque portée par la foule.

 

Marie était muette de douleur.

  the-passion-of-the-christ-14.jpg

Arrivée chez Marie, mère de Marc, elle ne parla qu'à l'arrivée de Jean, qui lui raconta tout ce qu'il avait vu depuis la sortie du Cénacle.

 

 

Plus tard on conduisit la sainte Vierge dans la maison de Marthe, qui était dans la partie occidentale de la ville, près du château de Lazare.

 

 

On lui fit faire plusieurs détours, en évitant les chemins par lesquels Jésus avait été conduit, pour ne pas trop augmenter son chagrin.

 

 

Pierre et Jean,

avaient suivi Jésus de loin.

 

 

 

the-passion-of-the-christ-mary-it-has-begun-magdalen-john-t.jpg

Jean - Marie - Marie Madeleine

 


La sainte Vierge était constamment en rapport spirituel avec Jésus, elle savait tout ce qui lui arrivait et souffrait avec lui.

 

 

Elle était comme lui en prière continuelle pour ses bourreaux.

 

 

Mais son coeur maternel criait aussi vers Dieu pour qu'il ne laissât pas ce crime s'achever, pour qu'il voulût détourner ces douleurs de son très saint Fils, et elle avait un désir irrésistible de se rapprocher de Jésus.

 

 

Lorsque Jean, après avoir entendu l'horrible cri:

 

 

Il est digne de mort, fut venu la trouver dans la maison de Lazare, située près de la porte de l'Angle, et lui eut raconté l'horrible spectacle auquel il avait assisté, elle demanda ainsi que Madeleine et quelques-unes des saintes femmes, a être menée prés du lieu où Jésus souffrait.

 

 

Jean, qui n'avait quitté son divin maître que pour consoler celle qui était le plus près de son coeur après lui, conduisit les saintes femmes à travers les rues éclairées par la lune, et où l'on voyait beaucoup de gens qui retournaient chez eux.

 

 

Elles marchaient voilées, mais leurs sanglots qu'elles ne pouvaient étouffer attirèrent sur elles l'attention de plusieurs groupes, et elles eurent à entendre bien des paroles injurieuses contre le Sauveur.


THE_PASSION_OF_THE_CHRIST-25.jpg

Vierge Marie

 

La mère de Jésus contemplait intérieurement le supplice de son Fils et conservait cela dans son coeur comme tout le reste, elle souffrait en silence comme lui, et plus d'une fois elle tomba évanouie.

 

 

Comme elle était ainsi sans connaissance dans les bras des saintes femmes, sous une des portes de la ville intérieure, quelques gens bien intentionnés qui revenaient de chez Caïphe la reconnurent, et s'arrêtant un instant avec une compassion sincère, la saluèrent de ces paroles:

 

 

O malheureuse Mère, ô déplorable Mère, ô Mère riche en douleurs du Saint d'Israël ! Marie revint à elle et les remercia cordialement ; puis elle continua son triste chemin.

 

Le reniement de Pierre

Lien clic sur link

link

29349

 

Simon Pierre


Pierre et Jean, qui avaient cruellement souffert de l'affreux spectacle qu'il leur avait fallu contempler dans le silence et l'inaction, sans même proférer une plainte, n'eurent pas la force de rester là plus longtemps.

 

Jean alla rejoindre la mère de Jésus, qui se trouvait avec les saintes femmes dans la demeure de Marthe, non loin de la porte de l'Angle, où Lazare possédait une grande et belle maison.

 

 

Pierre aimait trop Jésus pour le quitter.

 

 

Il pouvait à peine se contenir et pleurait amèrement, s'efforçant de cacher ses larmes: ne voulant pas rester dans la salle du tribunal

où il se serait trahi, il vint dans le vestibule auprès du feu, où des soldats et des gens du peuple se pressaient, tenant d'horribles et dégoûtants propos sur Jésus et racontant les scènes auxquelles ils venaient de prendre part.

 

 

Pierre gardait le silence, mais ce silence même

et son air de tristesse le rendaient suspect.

 

 

La portière s'approcha du feu:

comme on parlait de Jésus et de ses disciples, elle regarda Pierre d'un air effronté et lui dit:

Tu es aussi un des disciples du Gali1éen.

Pierre, troublé, inquiet, craignant d'être maltraité par ces gens grossiers, répondit:


Femme, je ne le connais pas;

je ne sais ce que tu veux dire.


Alors il se leva, et, cherchant à se délivrer de cette compagnie, il sortit du vestibule; c'était le moment où le coq chantait devant la ville.

Je ne me souviens pas de l'avoir entendu mais j'en eux le sentiment.

Comme il sortait, une autre servante le regarda, et dit à ceux qui étaient prés d'elle:

Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth!  et les assistants dirent également:

N'étais-tu pas un de ses disciples ?


Pierre, effrayé, fit des protestations et s'écria:

En vérité,

je n'étais pas son disciple;

je ne connais pas cet homme.


Mais comme il n'avait pas surmonté sa frayeur, et qu'il entendait dire à quelques-uns des assistants:

Qu’est-ce que cet homme ?

il revint dans la cour, marchant d'un pas mal assuré, tant il était accablé de tristesse et d'inquiétude; puis, comme on l'observait encore dans le vestibule, il s'approcha du feu et resta assis là quelque temps.

Mais quelques personnes qui avaient remarqué son trouble se mirent à lui parler de Jésus en termes injurieux.

L'une d'elles lui dit:

Vraiment tu es aussi de ses partisans; tu es Galiléen et ton accent te fait reconnaître.

Comme Pierre voulait se retirer, un frère de Malchus vint à lui

et lui dit:

N’est-ce pas toi que j'ai vu avec eux dans le jardin des Oliviers, et qui as blessé mon frère à l’oreille ?

 

Pierre, alors dans son anxiété, perdit presque l'usage de sa raison; il se mit, avec la vivacité qui lui était propre,

à faire des serments exécrables et à jurer qu'il ne connaissait

pas cet homme;

puis il courut hors du vestibule

dans la cour qui entourait la maison.

Alors le coq chanta

de nouveau,


On tranait alors Jésus avec sa couronne de paille sur la tête

il jeta sur Pierre un regard triste

et presque sévère,

et Pierre fut pénétré de douleur.

 

 

 

the-passion-of-the-christ-magdalen-talking-to-roman-guard-p.jpg

Jean - Marie - Marie Madeleine -  (un des 12 ?)

 

La porte s'ouvrit, et Pierre, précédant plusieurs autres personnes

qui sortaient, se précipita au dehors les mains étendues en avant,

la tête voilée, et pleurant amèrement.

 

 

Il reconnut Jean et la sainte Vierge à la lueur des torches et de la lune: ce fut comme si sa conscience réveillée par le regard du fils se présentait maintenant à lui dans la personne de la mère.

 

 

Marie lui dit: Simon, que devient Jésus mon fils?

 

Et ces paroles retentirent jusqu'au fond de son âme.


the passion of the christ peter and mary passion087

Simon Pierre

 

Il ne put supporter son regard et se détourna en tordant ses mains: mais Marie alla à lui et lui dit avec une profonde tristesse: Simon, fils de Jean, tu ne me réponds pas?

 

 


Alors Pierre s'écria en gémissant: O mère, ne me parlez pas; ils l'ont condamné à mort, et je l'ai honteusement renié trois fois.

 

 

 

Jean s'approcha pour lui parler ; mais Pierre, comme hors de lui-même, s'enfuit de la cour, et gagna cette caverne du mont des Oliviers ou les mains de Jésus priant s'étaient imprimées dans la pierre.

Je crois que c'est dans cette même caverne qu'alla pleurer notre père Adam, lorsqu'il vint sur la terre chargée de la malédiction divine.

 

the passion of the christ peter denies Jesus passion086

 

Simon Pierre

 

La sainte Vierge, le coeur déchiré de cette nouvelle douleur de son fils renié par le disciple même qui l'avait reconnu le premier comme fils du Dieu vivant, tomba prés de la porte sur la pierre où elle se tenait, et les traces de sa main ou de son pied s'y imprimèrent.

 

 

Cette pierre existe encore, mais je ne me rappelle plus où.

Je l'ai vue quelque part.

 

 

Or les portes des cours restaient ouvertes à cause de la foule qui

se retirait après l'emprisonnement de Jésus, et quand la sainte Vierge fut revenue à elle, elle désira se rapprocher de son fils bien-aimé.

 

 

Jean la conduisit ainsi que les saintes femmes devant le lieu

ou le Seigneur était renfermé.

 

 

Elle était en esprit avec Jésus,

et Jésus était avec elle.

 

 

 

mais cette tendre mère voulait entendre de ses oreilles les soupirs de son fils:

 

 

elle les entendit et aussi les injures de ceux qui l'entouraient.

 

 

Les saintes femmes ne pouvaient s'arrêter longtemps là sans être remarquée:

passion mary 1

Marie et Marie Madeleine

Madeleine montrait un désespoir trop extérieur et trop violent,

et quoique la sainte Vierge au plus fort de la douleur conservât

une dignité et une décence merveilleuses,

elle eut pourtant à entendre ces cruelles paroles:

 

the-passion-of-the-christ-mary-and-mary-magdalen-passion039.jpg

Marie et Marie Madeleine

 

(N’est-ce pas la mère du Galiléen?)

 

 

Son fils sera certainement crucifié mais pas avant la fête, à moins que ce ne soit le plus grand des scélérats.

 

 

Elle s'éloigna alors et, poussée par une inspiration intérieure, alla jusqu'au foyer, dans le vestibule où se trouvait encore un reste de populace.

  the-passion-of-the-christ-mary-table-passion059.jpg

Vierge Marie

Les saintes femmes la suivaient dans un même silence.


passion-du-christ-2004-10-g.jpg

Marie Madeleine

 

A l'endroit où Jésus avait dit qu'il était le Fils de Dieu et où les fils de Satan avaient crié:

 

 

Il est digne de mort, elle perdit encore connaissance,et Jean et les saintes femmes l'emportèrent plus semblable à une morte qu'à une vivante.

 

 

La populace ne dit rien et resta

dans le silence et l'étonnement:

c'était comme si un esprit céleste

eût traversé l'enfer.


18375171-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx

Vierge Marie

 


On repassa à l'endroit où se préparait la Croix.

Les ouvriers ne pouvaient pas plus la terminer que les juges ne pouvaient s'accorder sur la sentence.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires