Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Yoyo
  • Yoyo
  • : Au Nom de tous les miens et +
  • Contact

Profil

  • Yoyo
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 20:58

 

 

 

 

Lien clic sur link

 

http://pecesita26.over-blog.com/article-frere-elie-des-apotres-de-dieu-83446048.html

link

Le blog de pecesita 26 

   

STELLA MARIS 419 Novembre 2005 pp. 37-ss

 

Frère Elie des Apôtres

 de Dieu

 

Pèlerin dans le monde

 pour l’amour de Dieu

 

« Nous poursuivons notre entretien de mars 2004

avec Frère Elie Cataldo,

 fondateur de la Congrégation

 des Apôtres de Dieu. »

 

**************** 

« Vos stigmates s’ouvrent-ils chaque jeudi ? /

 — Oui.

La Madone vient-elle vous visiter auparavant ? /

 — La Madone vient le jeudi, nous prions, et quand elle s’en va, la souffrance arrive et voilà. Elle me donne davantage de force pour supporter la souffrance.

Cette souffrance, vous la portez ou vous la supportez ? /

 — Je la porte, je l’ai sur le dos, toujours. Pour vous dire la souffrance, vous devriez être là et me regarder pendant cinq minutes. Alors vous sauriez ce qu’est la souffrance, sans que j’aie besoin de vous le dire.

Certains mystiques aspirent à communier aux souffrances du Christ pour réparer. /

— Moi, la souffrance, je ne la désire pas !

Que peut-on dire à ceux qui souffrent? Certains disent qu’ils ne faut rien dire? /

(Silence) /

 — Ce n’est pas vrai qu’il ne faut rien dire à la personne qui souffre. Vous devez donner de suite une réponse forte d’amour à la personne qui souffre, une réponse nette, qui doit la mettre à son aise. Si elle a une tumeur, vous ne pouvez pas dire: «Vous allez mourir!», parce que s’il y a vie, il y a espérance. Aujourd’hui, la tumeur peut guérir, à l’inverse de l’orgueil, qui ne te fait jamais mourir, mais que tu dois faire mourir pour avoir la Vie.

A ceux qui souffrent beaucoup… /

— Le Seigneur me donne immédiatement une réponse dans le coeur. Il me parle et moi je communique immédiatement ce qu’il me transmet.

C’est une réponse qui se fait dans le coeur ? /

— Oui, et je la transmets aussitôt.

Vous l’entendez comme vous entendez ma voix ? /

 — Oui.

C’est continuel ? /

— Il y a beaucoup de malades, et quand je fais trois jours de mission, il y a des centaines de personnes. Mais la réponse est pour tous. Il n’y a personne d’exclus. Il y a une réponse juste pour chaque personne, une parole appropriée.

Quand une personne fait une dépression… /

 — Si elle est atteinte de dépression, vous devez dire: Te souviens-tu, quand le Seigneur a fait sortir ses enfants d’Egypte ? Avec Moïse, il a fait passer toutes les personnes… Et le Seigneur a dit: «Je renverserai cheval et cavalier dans les eaux de la mer. Que celui qui est fort et courageux vienne sur l’autre rive et je lui tiendrai la main.» Ce qui veut dire que celui qui fait de la dépression n’est pas malade, c’est quelqu’un qui pense aux choses anciennes et qui les met au présent. Si au lieu de penser au passé il vient à penser au présent, tout se met en place. Sa maladie, c’est de se mettre à penser au passé.

A Zoug (Suisse), on vous a présenté un enfant handicapé profond dans une chaise roulante. /

 — J’ai dit aux parents qu’ils essayent d’être forts et de lui rester proches. Et qu’ils lui donnent la force... Qu’ils soient plus tranquilles et plus sereins, qu’ils montrent beaucoup de patience avec leur enfant, parce qu’avec le temps, pour moi, ça s’arrangera. Je suis sûr que le Seigneur travaille pour les enfants, parce que ce sont ses enfants. Il faut de la patience, et après il arrivera quelque chose pour Matteo. Je le rappelle toujours dans mes prières, mais eux doivent

aussi prier pour lui. Et moi je suis sûr qu’avec la croissance, ça s’arrangera et se mettra en place.

 (Prière du Frère Elie pour cet enfant.)

Vous avez touché sa tête ? /

— Oui, j’ai touché sa tête.

Dans vos mains, il y a aussi un don naturel, non ? /

— Non, ce n’est pas moi; ce n’est pas moi qui veux mettre mes mains, mais de mon coeur surgit cette parole: «Touche-le!». Je reçois des paroles, mais pas d’images ni de visions. Parfois, je ne touche pas la tête, mais la colonne vertébrale. Je suis en train de faire une bénédiction sur une personne et puis je dois la toucher comme ça, non parce que je veux, moi, la toucher, mais parce qu’il y a quelqu’un qui me dit de la toucher ainsi.

Fiorella Turolli parle dans son livre de votre passage chez des experts américains et italiens (1), pour étudier l’énergie qui émane de vos mains. Ils ont dit que vous aviez la puissance la plus forte qu’ils aient enregistrée… /

Cette aura n’est pas de moi; elle vient de Dieu.

Sentez-vous quelque chose qui sort de vous, comme Jésus quand la femme toucha son vêtement ? /

— Oui, je sens l’énergie qui passe.

Dans les cas de guérison, recevez-vous une parole ? /

— Quand une personne vient pour convertir son coeur, qu’elle sait que la vie est un passage, qu’elle sait aimer et qu’elle sait pardonner (et dans pardonner il y a oublier et aller de l’avant), et qu’elle se convertit et qu’elle oublie et progresse, à ce moment, le Seigneur l’a déjà guérie. Mais si elle ne pardonne pas et n’oublie pas, alors ils ne peuvent rien faire. Donc le pardon est une clef centrale et unique de la vie.

Et vous savez le résultat de votre action ? /

— Oui, je le connais, mais je ne peux pas le dire.

Vos stigmates gardent toujours la même forme. Quand elles s’ouvrent, c’est de part et d’autre des poignets et des pieds ? /

 — Oui.

Et sur le côté ? /

— N’avez-vous pas vu les photos dans le livre ?

Dans la souffrance, êtes-vous toujours conscient ? /

— Non, pas toujours; ces jours-là je les passe au lit. Par exemple, ces jours (en carême), je vais m’allonger, je n’ai pas la force de me lever ni de rien. Je reste dans la chambre, c’est tout. Je les vis en communion avec le Seigneur, en même temps qu’en communion avec mes frères et soeurs.

Et quand vous êtes souffrant, vous ne pouvez aller

 à la messe ? /

— Je vais à la messe tous les jours, dans des lieux que je ne connais pas, y compris dans d’autres pays avec d’autres langues.

Le corps reste là…, mais les autres me voient à la messe.

Et la communion, vous la recevez ? /

— L’ange me l’apporte.

Quelle est la grâce de la communion ? /

— Dieu veut venir habiter en nous qui sommes son temple par le sacrement de l’Eucharistie. La communion purifie le corps, le temple de Dieu. Le Seigneur entre en nous, il est avec nous.

Dans l’eucharistie, recevez-vous un soutien spécial pour porter les souffrances? /

— Un soutien moral de la part du Seigneur. Il me donne la force de porter, parce que ces trois jours où je suis mal, je ne réussis plus à rien faire. Mais il me soutient ; mon ange arrive, il me prend la main et me dit: «Allons!» et on s’en va. Mais mon corps reste dans le lit !

Ici, nous perdons pied! Nous, nous n’avons pas cette expérience, vous pouvez expliquer ? /

— Je peux vous dire que pour moi, c’est une chose belle, parce que je vais hors de mon corps, je vais ici et là, où ils me disent d’aller, et je suis toujours accompagné de quelqu’un. On va prier pour des personnes qui souffrent, on va à l’hôpital, on va secourir d’autres personnes, des missions. Et après, quand je reviens à moi, j’ai de la peine à m’habituer. Par exemple, je suis debout. Si j’avais mangé la pasta et ce que vous, vous avez mangé, j’aurais été malade. J’ai

mangé du pain grillé, c’est tout. Depuis cette année (2004) je mange du pain, de l’eau, et de la salade et ça va bien ! Ceci, durant tout le carême. Ensuite, je mange normalement. Et quand je mange le pain je sens le parfum dans ma bouche, toujours le même.

Beaucoup sentent un parfum auprès de vous. /

— Les parfums viennent de l’air, ils ne viennent pas de moi. Je ne sais pas moi-même comment cela se produit.

Vous les sentez aussi ? /

— Oui, je les sens. Et même je les bois et ce que je mange, c’est tout parfumé !

Pourquoi ce jeûne de carême ? /

— Une nuit de carême, j’ai demandé à mon Ange pourquoi est-ce que je jeûnais?… il m’a demandé si j’avais faim. — “Non”. “Ceci est une preuve pour te montrer que tu n’as faim que de l’amour de Dieu qui tous les jours se manifeste près de toi. Comprends-tu?”

— “Et maintenant, qu’est-ce qui m’attend?” “Ne crains pas, tout te sera indiqué. Tu auras la force de l’Esprit Saint qui descendra sur toi et tu en seras le témoin”.

L’expérience d’aller hors de son corps, c’est comme d’être au Ciel? /

— Tu te sens léger, tu es une plume quand tu t’en vas. Il n’y a plus de distance ni de temps. C’est une dimension totalement diverse (différente) de celle d’ici-bas.

En “volant comme une plume” vous êtes allé

 à Rome ? /

— Oui, pour prier pour le Saint-Père Jean-Paul II, en bilocation.

Donc il vous connaît ? /

— Oui, il me connaît, mais dans la prière. Il ne me connaît pas parce qu’ils mettent des verrous pour ceux qui viennent. On ne te laisse pas (y) aller.

Et la communication ? /

— Elle se fait avec les yeux, l’âme a des yeux.

Mais les anges ? /

— Ils ont aussi des yeux.

Donc il n’est pas besoin de parler ? /

— Si je viens à parler, ils me répondent. Moi, je parle, mais eux me communiquent par les yeux.

C’est une “expédition” qui vous impressionne ? /

— Non, je reste le même, je ne suis pas timide.

Parler avec le Père, avec Marie, n’est-ce pas impressionnant ? /

 — Non, parce que c’est différent d’ici-bas. Quand tu es en présence du Seigneur, tu es l’unique personne. Quand la Madone me pose ses mains sur la tête, qu’Elle me donne la bénédiction et qu’Elle me signe sur la tête, après, c’est Elle qui me fait aller de l’avant. Mais je ne vais pas de-ci de-là et je ne parle pas de moi-même. Absolument pas. Moi, je n’ai jamais rien demandé. Et je ne parle pas librement de ces choses, cela ne me plaît pas, je les garde pour moi. “Basta”.

 

Dans vos visions, vous avez vu des scènes du passé, Jésus avec ses disciples? /

— Oui.

Quand vous lisez une page d’Evangile ? /

— Ah non, pas du tout. Si je fais une lecture et que je médite, il ne se passe rien. Les visions viennent à l’improviste.

Vous avez vu l’au-delà, le ciel, le purgatoire, l’enfer ? /

— Oui, je les ai vus. L’enfer aussi, mais je n’y suis pas allé.

Quel effet ? /

— Il y a des évêques, des prêtres, des papes aussi, des frères, des moines, il y a de tout. Et l’orgueil.

Ces fils de Dieu n’ont pas eu le courage de dire la vérité devant le Seigneur…

Les âmes du purgatoire vous visitent-elles pour demander des prières ? /

— Oui.

Vous ont-elles dit ce qu’elles vivaient là ? /

— Oui, mais je ne peux vous le dire.

Le Seigneur vous fait-il voir des faits importants qui vont arriver ? /

— Le 11 septembre 2001, j’étais à Vérone. Le matin, je m’en souviens comme si c’était aujourd’hui. Mamma Anna... me demande: «Alors frère Elie, qu’est-ce

que tu as rêvé cette nuit? »

— «Ecoute, j’ai rêvé de poussière, j’ai rêvé de feu, je voulais courir pour sauver les personnes qui tombaient, qui mouraient et je ne réussissais pas à les sauver. Il y avait quelqu’un qui me retenait.

Mais des choses comme celles-là, je n’en ai jamais vu!» Elle demande: «Mais où c’était? » — «Je ne sais pas.Peut-être en Amérique, où il y a des gratte-ciel comme ça? Ou ailleurs? » Et à quinze heures, on me téléphone tout épouvanté: «Tu sais ce qui est arrivé?» — «Non». «Regarde le téléjournal. Deux tours sont tombées en

Amérique…» C’était ce que j’avais vu le matin même.

Et ces rêves prémonitoires vous arrivent-ils de temps

 à autre? /

— Oui.

Avez-vous vu l’attentat terroriste ferroviaire en Espagne ? /

 — Oui.

Pouvez-vous faire quelque chose alors ? /

— Prier. Ceux qui font la guerre n’ont pas de coeur, ils ne savent pas aimer, il faut prier. Le Seigneur m’a dit: «Jamais un homme ne fait la guerre seul. Il faut au moins deux hommes.

Alors si vous vous asseyez et que vous vous regardez en face, que vous vous parlez, vous vous levez, vous vous donnez la main et vous devenez des frères. Et tout est remis en ordre. Mais si vous vous levez et que vous vous tournez le dos, un des deux disparaîtra le premier.»

Quand vous voyez les bons anges, vous voyez aussi les mauvais ? /

— Oui, mais les bons anges me protègent pour une part; après ils vont au secours d’autres personnes, et quand les mauvais m’attaquent, je les prends, je me défends avec la prière, ça suffit. C’est l’unique arme que nous ayons.

Les anges vous donnent aussi des messages ? /

— Oui.

Avez-vous reçu un enseignement sur la façon de vivre… /

— Oui. Le Seigneur m’a enseigné à savoir vivre en communauté, comment la communauté se construit au jour le jour, dans l’abandon à la Providence. Comme il disait à ses apôtres:

 «Ne regardez pas ce qui se voit, mais regardez ce que vous êtes

 en train de faire. Alors vous verrez que tout vient à son accomplissement. » Et je vois parfois que mon frère Serge a du mal à accepter, mais je l’encourage à rester en paix.

Le Seigneur vous donne de nombreux signes, comme en voiture… /

— Dans tous les lieux où nous devions aller, il y avait souvent du brouillard (2), il se formait comme une caverne et on passait comme dans un tunnel, le brouillard

se levait devant nous...

Éprouvez-vous des doutes parfois ? /

— Non. Au début, j’avais des doutes, quand j’étais mal, dans la souffrance, et que je n’en voulais pas. Mais maintenant, non. Il m’a donné la certitude, l’amour, le pardon, Il m’a tant donné.

Chez les capucins, aviez-vous parlé à votre Père spirituel de ce qui vous arrivait? /

 — Non. Je disais tout, mais comment lui dire la vérité quand il m’a déclaré qu’aux choses mystiques, je ne devais pas croire ?

 Il m’a contraint à ne pas lui en parler. Après j’ai pris un autre Père, Sergio, devenu prêtre diocésain, je me suis ouvert à lui et il est devenu mon directeur spirituel actuel.

Quel est son rôle si vous avez conseils et assistance

 du ciel? /

— J’obéis. Si je trouvais un bienfaiteur pour payer la rénovation du couvent, je resterais au couvent. Mais, je suis un pèlerin et je dois aller dans le monde pour prêcher, c’est à cela que je dois obéir. Partout où l’on m’appelle pour avoir les prières et les bénédictions, je suis prêt, je vais parler de l’Evangile et de l’Amour de Dieu. C’est un grand besoin.

Donc votre mission est pour le monde entier ? /

 — Oui.

Tous peuvent vous inviter ? /

— Oui. Pour cela il faut voir avec Madame Turolli (3).

Je fais une prédication selon l’Evangile, à la fin de la messe, selon ce que me demande le prêtre... «Pourquoi êtes-vous venu à moi ?

 Je suis venu pour prier avec vous. Et vous qu’attendez-vous de moi? Des prières?» Je peux voir dix ou vingt personnes à la fois et donner à chacun une parole qui donne réconfort, sans exclure personne. Toutes les personnes sont malades, toutes ont des difficultés, toutes cherchent la sérénité…

Mais dans le temps du Carême,

 je reste au couvent,

 je ne peux pas rester debout,

 je ne suis pas bien…"

 

Notes:

(1). «Frère Elie des Apôtres de Dieu», Tome 1, p. 67-71.

(2). «Frère Elie des Apôtres de Dieu», Tome 2, p. 62-63.

(3). Fiorella Turolli, Via Roma 25,

I-25020 Torre Boldone, Bergamo, ITALIA

Tél. 00 39 33 57 5 0 32 22 aux heures de bureau. Il Y a 6 heures de décalage horaire avec nous. Midi à Montréal et 18h00 ou 6h00 p.m. en Italie.

Partager cet article

Repost 0 pecesita26 - dans Soldats du Christ

commenter cet article

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 13:38

 

 

Frère Elie

Dieu donne ces signes

pour nous ouvrir les yeux

 

STELLA MARIS 473 SOMMAIRE

 elie

 

Stella Maris

Un mensuel catholique consacré à la Vierge Marie,

à ses apparitions anciennes et contemporaines

 

Lien.......

Clic sur.....  link     

http://prophetes.lebonforum.com/t59-frere-elie-dieu-donne-ces-signes-pour-nous-ouvrir-les-yeux 

 

Les 6-7 mars 2010

 Frère Elie, bien que fiévreux,

  se rendit en mission  à Modane (Italie).

 

A la fin des rencontres, un professeur d’un lycée classique de Fano se présenta à Frère Elie avec une série de questions.

 

 

Elles avaient été préparées par ses élèves.

Parmi ceux-ci, il y avait de nombreux incroyants,

mais tous intéressés par la personne de Frère Elie

et désireux de le connaître,

 au point de demander l’autorisation de venir

 le rencontrer un jour à Calvi.

 

 Frère Elie accepta la visite et touché

 par cette initiative des élèves,

 il se rendit disponible pour répondre

 à toutes les questions.

 

 

 

Quand et comment avez-vous commencé à vivre ce lien profond

 avec Dieu ?

 

Déjà quand j’étais enfant, j’avais sept ans,

 je voyais les anges virevolter autour de moi.

 J’ai eu la vocation enfant.

 Je jouais toujours avec mes frères, je fréquentais le patronage et le dimanche l’église.

 Quand ensuite arrivait la période du carême,

 j’étais toujours mal, j’étais toujours à l’hôpital.

 Les docteurs ne savaient même pas ce que j’avais,

 ce qui m’arrivait.

Ils disaient à ma mère:

 «Votre fils va mourir si vous le reprenez à la maison.»

 Mais le Samedi Saint, après l’angélus, j’étais bien.

 

Et vous réussissiez à comprendre

 ce qui vous arrivait ?

 

Je ne savais rien, simplement,

 je souffrais, j’étais mal.

 

Quel a été votre état d’âme

 quand les stigmates sont apparus ?

 

Ils sont apparus quand je suis entré au couvent

et que j’étais au noviciat des capucins.

 Je ne savais pas non plus ce que c’était.

 Il me semblait que c’était le feu de saint Antoine.

 Sous le côté, j’avais un signe rouge,

 les poignets me brûlaient.

 

 

Pourquoi un serviteur du Seigneur doit-il subir cette souffrance des stigmates  ?

 

Parce que l’image de Jésus-Christ

est l’emblème de la souffrance.

 

Pourquoi Dieu a besoin de la souffrance?

  10 elie

La souffrance est nécessaire,

 parce que Dieu a été oublié

et personne ne va plus à l’église.

Si Dieu nous donne ces signes,

il le fait pour nous ouvrir les yeux.

 C’est à nous de voir qu’Il existe,

 qu’Il est vivant,

 qu’Il est vrai !

 

Je me demande si, au lieu de la souffrance,

 Dieu donnait la grâce.

 Peut-être que l’homme réussirait à croire plus facilement en sa puissance, en sa bonté.

 

Tous, nous recevons la grâce,

 mais nous ne voyons pas sa puissance, parce que nous recherchons

 autre chose,

 nous voulons toujours voir quelque chose de plus.

Nous ne voyons pas la réalité de Dieu.

 

Nous voyons ce que nous voulons voir, mais nous ne voyons pas

 ce qu’il y a à voir.

 

Si je suis fils de Dieu, je peux voir.

 

 Si je suis chrétien et que je vais

avec sérénité à la messe

 avec ma famille, avec mes amis,

 alors je peux écouter sa Parole

 et comprendre.

 

Par contre, si on est chrétien,

 il arrive aujourd’hui qu’on soit tourné en dérision.

 

 Ce sont des actes graves.

 

 La dérision est un acte grave

 contre Dieu.

 

 Par exemple, quel sens y a t-il à retirer les crucifix

 des écoles ?

 Voulons-nous peut-être aussi supprimer toutes les fêtes chrétiennes ?

 Voulons-nous retirer (le repos) tous les dimanches ?

 

 Voulons-nous oublier que nous sommes en l’année 2010,

 parce que le Seigneur est né voilà 2010 ans ?

  

Le calendrier de notre vie,

 c’est Dieu qui l’a fait;

 l’homme ne l’a pas fait.

 C’est cela que beaucoup ne parviennent pas à comprendre.

 

 Ils voudraient transformer les travailleurs,

 les étudiants en simples machines !

 

Le temps, l’univers,

 ce n’est pas le big bang qui l’a fait.

   Le monde,

 c’est Dieu qui l’a créé et il a créé

le septième jour pour faire la fête

chez soi, à l’église, pour le louer,

le remercier, et l’aimer.

 

Votre don manifeste cette proximité avec Dieu:

est-ce une qualité que tous peuvent expérimenter,

ou bien est-ce une grâce que Dieu concède  à quelques personnes ?

 

Moi, je n’ai rien demandé,

 le Seigneur choisit et le Seigneur fait.

 

Je ne m’attendais à rien de cela.

 

2827381800 1

 En psychanalyse et en psychiatrie,

 on pense que le malin n’existe pas

 et que les cas de possession diabolique sont en réalité une forme de maladie mentale.

 

 Il existe! Il existe!

Le diable existe!

Il nous attend dehors,

 toujours au passage.

 

 De mon point de vue, ce sont les personnes qui ne nous croient pas

 qui sont des malades.

 Elles n’ont pas la foi,

 elles n’ont pas Dieu dans le coeur.

 

 Le Seigneur donne la croix à quelqu’un qu’il choisit lui,

 pour supporter les attaques du malin.

 Il choisit quelqu’un qui a la foi.

  04 elie

 

Et les exorcismes?

 

 Il faut savoir bien évaluer les individus

 qui se disent possédés.

 Parfois ce sont des malades mentaux

 qui croient être possédés.

 Ces personnes ont des problèmes et elles se croient victimes du démon.

 

 

 D’autres fois nous pouvons parler

 de vraies possessions.

 

 Moi, j’ai vu des personnes

 qui se soulevaient du sol,

 même jusqu’au plafond et beaucoup

 peuvent témoigner de ces faits.

 Ces possédés avaient les bras

qui se contorsionnaient d’une façon incroyable,

 la langue s’allongeait d’une manière

 exagérée jusqu’à la  poitrine

 et les yeux se retournaient

 complètement en arrière.

 

 Les premières fois que j’ai vu

 ces choses j’ai eu peur,

 mais le Seigneur m’a donné la force,

 la sérénité,

 il m’a enlevé la peur et j’ai cherché

 à aller de l’avant.

 

 Le malin se présente à l’homme, parce que beaucoup l’incitent;

 ils font des séances de spiritisme,

 ils font des messes noires pendant lesquelles ils font des pactes

 avec le malin.

Si on ne va pas le taquiner,

 on n’y pense pas; si la pensée de Dieu est avec moi,

 je suis sûr et certain que rien de mal

 ne pourra m’arriver.

 

Il ne faut pas faire le mal.

 Toutefois le malin est toujours présent, même dans la société,

 par exemple à la télévision.

 Aujourd’hui, il est si difficile de voir

 un beau film.

 Il n’y a rien.

Il y a seulement nudité et vulgarité.

Ce sont des choses

qui donnent le dégoût.

 

 

Qu’est-ce que c’est l’au-delà,

 selon vous, qu’est-ce qu’il y a?

 

 C’est le passage. A côté, il y a tout! Là, il y a les morts,

mais en réalité les morts ce ne sont pas eux,

c’est nous.

Quand l’âme quitte la dépouille mortelle, elle se retrouve devant Dieu.

 Quand Dieu nous rencontre, il nous demande:

 «mon frère, ma soeur, parle-moi de toi,

 je voudrais te comprendre.»

 

 Lui, il ne nous juge jamais:

 c’est ça la beauté de Dieu,

 parce qu’il est grand et miséricordieux.

 

 Nous, au contraire, nous pointons toujours le doigt pour juger le prochain.

 

 L’au-delà est sérénité, béatitude,

 ce que nous n’avons pas ici!

 

La sérénité n’existe pas sur la terre.

 

 On pourrait aussi bien vivre sur la terre, mais le problème est que la vie est devenue frénétique, nous cherchons trop de choses, nous voulons trop de choses, nous avons trop d’ambitions inutiles et nous gaspillons la vie en choses stupides.

 

Pensons aux jeunes qui meurent sur la route après une soirée en discothèque, à ceux qui se droguent. Pour ceux-là, la mort, c’est leur choix. Qu’ont-ils compris de la vie, ces jeunes?

 

Rien! Ces jeunes pensent être prêts pour demain, pour le futur…

Ils croient savoir beaucoup de choses, mais en réalité ils ne savent rien.

 

 Cette étape qu’ils cherchent en plus

 ne leur permet pas de comprendre vraiment la vie.

 

Récemment on a fait toute une histoire de prédictions autour de la prochaine arrivée

 de terribles cataclysmes.

 

 Je pense à ce qui se dit sur 2012 à propos du calendrier Maya

 

 ou à ce que disent les voyants de Medjugorje,

 ou à ce que disait Padre Pio…

 

et il y a aussi beaucoup d’autres personnes qui parlent de l’imminence d’une terrible épreuve

 qui s’appliquerait sur l’humanité.

 Qu’en pensez-vous ?

 

Nous le voyons déjà maintenant:

 il suffit de penser aux tremblements de terre qui sont toujours plus fréquents et forts,

 mais pour sûr, ce ne sera pas la fin du monde!

 Absolument pas,

 parce que le Seigneur ne l’a jamais dit.

 

Que pensez-vous des autres religions ?

Beaucoup aujourd’hui parlent de conflits entre les diverses traditions religieuses.

Qu’en pensez-vous?

 

La clef des conflits est toujours la même:

 mon Dieu est différent du tien.

 Mais c’est une idée fausse, parce que Dieu

 est toujours et uniquement un, indépendamment

 de la façon dont on l’interprète.

 On peut l’appeler de diverses manières,

 lui donner les noms que l’on voudra,

 mais Dieu est toujours unique.

 

Mais par exemple, lesmusulmans disent que le Christ n’est pas du tout Dieu,

ils soutiennent qu’il est simplement

 un messager.

On comprendra que sur ces bases théologiques

une confrontation doctrinale et de foi

est difficile pour un catholique ?

 

C’est leur interprétation.

Les musulmans devraient avoir le respect du pays

 qui les a accueillis.

Je les respecte et eux devraient respecter

 les traditions religieuses du pays où ils se trouvent.

Je respecte leur Dieu,

 parce qu’il est comme mon Dieu.

 

Pour l’homme aujourd’hui, il est très difficile de parler de foi, parce que tous attendent une vérification scientifique qui apporte la preuve

 de chaque affirmation.

 

 Vous, que diriez-vous à celui qui n’arrive vraiment pas à croire

 et à avoir foi dans le Seigneur ?

 

Le jour où l’homme mourra et, enterré,

 se trouvera à côté de Dieu, la preuve,

 il la trouvera en un instant.

 

 Même ceux qui ne croient pas, même les athées verront le Seigneur.

 Et là ils auront la possibilité de comprendre.

 

A qui d’autre pourraient croire les non-croyants ?

 

Par exemple à la science.

La foi, on l’a ou non.

 

 L’athée est aussi un enfant de Dieu qui cependant n’a pas eu une éducation juste,

 il n’a pas eu une formation religieuse.

 Ce n’est pas de leur faute s’ils n’ont pas compris pourquoi ils se trouvent ici sur la terre.

 

Pourquoi le Seigneur a t-il fait

 un tel chemin?

 

 Il est allé finir sur la croix par la faute de tous,

 à cause de nos erreurs.

 Pourtant, à la fin, cet homme a dit:

 «Père, pardonne-leur, parce qu’ils ne savent pas

 ce qu’ils font.»

 

 Cela veut dire qu’il nous a aimés,

 il nous aime.

 Et cet amour est foi et bonheur!

 

Pour les personnes qui souffrent,

 c’est difficile de croire en ce bonheur qui vient de la foi dont vous parlez.

 Pensez par exemple à un malade

 en phase terminale.

Pour les personnes qui ne veulent pas croire,

 c’est difficile de comprendre tout ça ?

 

 

 Au contraire, celui qui a la foi dit:

 «Seigneur, fais de moi ce que tu veux !»

 Face aux souffrances de la vie qui, parfois,

 nous frappent, c’est difficile d’être heureux,

 mais si on est chrétien,

 alors on peut être courageux.

 

 

Il ne faut jamais perdre l’espérance.

 

 Il faut prier et se confier au Seigneur avec confiance.

 

 Lui, il nous aime; il n’envoie pas de maladie.

 

 

 Aussi, devant les souffrances, il ne faut pas oublier que tant qu’il y a la vie, il y a l’espérance de la vie, jusqu’à l’ultime moment !

 

 Je dois toujours donner l’espérance, cette étincelle, cette joie, cette force,

 ce sourire.

  Sourire!

 

Moi aussi, j’ai perdu un jeune neveu.

J’ai aussi perdu un autre neveu

 et un autre membre de la famille

à cause d’une tumeur.

 

 Que devais-je dire à ma soeur ?

 

Que Dieu punit ?

 

Non, les maladies, nous les avons tous,

 elles se développent plus ou moins.

 

 Il y a aussi d’autres choses qui ne nous plaisent pas.

 

Il faut savoir accepter tout cela.

 C’est la vie!

 Les bons chrétiens cherchent

à dépasser leurs épreuves.

 

L’athée scientiste et matérialiste devant ces choses répliquerait en disant que la foi est désarmée devant certains maux.

Il dirait que la science cherche au moins à faire quelque chose, contre par exemple le cancer.

La science jusqu’à maintenant n’a guéri personne

de la souffrance et de la mort,

 

 parce que la science arrive

 là où l’homme veut,

 mais ne peut jamais arriver

où Dieu veut.

 

La foi en Dieu est bonheur?

 Etes-vous heureux?

 

Oui. Et comment! Je suis très heureux, je suis serein, je suis joyeux avec ma famille qui s’agrandit…

ma congrégation est toujours plus grande.

D’ici peu nous serons 13! La foi, la sérénité, nous devons la transmettre.

Si nous ne sommes pas heureux, quelles sortes d’hommes sommes-nous?

Le Seigneur nous a transmis la sérénité et la joie!

 

Parler de l’Evangile est

une grâce de Dieu.

 

Merci pour cette rencontre.

Merci à vous.

Repost 0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 13:06

 

 

 

Projets de Frère Elie

des Apôtres de Dieu


  STELLA MARIS 421 SOMMAIRE

 

 

04_elie.jpg

 

Nous terminons notre entretien de mars 2005 avec Frère Elie Cataldo, fondateur de la Congrégation des Apôtres de Dieu


En évoquant les projets qui ont mûri dans le cœur du Frère Elie.


 

Frère Elie,

quelle sera la vocation de ce couvent ?


Nous préparons une Maison familiale, un lieu d’accueil où tous pourront demander de l’aide.


L’objectif étant de recréer le climat familial où chacun pourra éprouver ce qu’est être aimé en tant que fils, parent, grand parent, frère, etc… en sorte de pouvoir donner en retour de l’amour aux autres.

Parce que celui qui est aimé apprend à aimer à son tour.

Le projet qui doit se réaliser ici est pour des jeunes en difficulté, marginaux, violentés.


elie_couvent.jpg


Et nous donnerons à ces jeunes la paternité

qu’ils n’ont pas dans leurs familles aujourd’hui.

Nous leur donnerons l’école, et quand ils voudront partir à leur majorité, nous les aiderons pour trouver du travail, en fonction de leurs dispositions, nous serons à leur côté pour les soutenir.


Le Seigneur nous donnera la force

De les aider à bien faire.

 

Ce n’est qu’une partie de votre mission?

Dans la règle que vous avez écrite,

Vous parlez des «apôtres pèlerins».


Le pèlerin,

c’est un autre projet que celui de la maison d’accueil pour des jeunes garçons.

Pèlerin signifie pèlerin pour le monde

et dans le monde.

Nous irons partout où on nous appellera

pour évangéliser et parler de l’amour de Dieu

et de la charité chrétienne,


Voilà le pèlerin.

C’est une mission.

 


 

Et vous devez mener ces deux missions de front?


Ensemble, oui, on va dehors pour évangéliser,

tandis qu’ici demeure les soeurs avec d’autres frères, pour la famille.


Le soir, quand je rentre à la maison,

j’écoute les jeunes, et chacun.

Et nous passons une soirée fraternelle.

 

Et comment va se réaliser concrètement cette maison?


Cela se fera peu à peu, parce que aujourd’hui, nous n’avons pas tant de rentrées.

Maintenant nous sommes comme suspendus parce que nous ne savons pas bien encore où et comment on doit procéder.

Mais un pas à la fois, je suis sûr que le Seigneur nous donne la force et nous aide.

 

Cette maison d’accueil sera la première, d’autres suivront?


Oui, déjà dans la province d’Udine, à Cerci Vento,

près de la frontière de l’Autriche,

il y a une belle maison

(inaugurée le 3 juillet 2005).


Là nous devons cultiver les herbes médicales

et officinales, pour avoir un soutien…

 

C’est un autre projet?


Oui, des projets, il y en a.


Mais ils ne sont pas encore mis en route,

parce que nous n’avons rien,

sinon ce couvent que nous venons d’acquérir.

 

Vous avez des capacités au sujet des plantes?


Oui,

 

C’est une aptitude professionnelle où un don?


C’est les deux, professionnel et don.

J’ai la connaissance des plantes.


 

Vous aurez la possibilité de traiter le Sida?


Dans ce cas, le Seigneur donne la vie à chacun,

mais ce sont les hommes qui se rendent malades.


Si le Seigneur avait

une baguette magique…

il l’aurait donné à chacun!


Dans la nature,il y a tout…

 

2827381800_1-copie-1.jpg


Fiorella Tirolli raconte

comment le projet du Frère Elie est né

 

Lien pour lire la suite (Fiorella Tirolli)

clic sur link


http://www.parvis.ch/stella_maris/sm_421/elie.html

link

 

Véritable visage de Jésus,

 

J.jpg

photographié à sa demande même,

en 2004,

par le Frère Elie stigmatisé italien

Élie des Apôtres de Dieu.

 

Plusieurs,

voyant le Frère Élie parler seul,

lui demandent:

"À qui parles-tu?

Que vois-tu?"


Frère Élie, las de ces demandes,

en réfère à Jésus.

En réponse, Jésus l'envoie photographier un mur blanc dans une église environnante.


Frère Élie prend 36 photos sur un muir blanc.

Toutes les photos sortent blanches,

à l'exception de cet unique cliché couleur:

-----------------------------


Autre image de Jésus,

à une autre époque.


 Fotos-de-jesus-4-copie-1

 

Remarquez les traits d'une douceur

identique d'avec la photo du Frère Élie.

 

 

-----------------------------

 

 

 

Sans titre 1

 

  Le portrait de la nasa

 

 

 

 

Bisousssss

Yoyo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 18:08

J'ai donc passé

3 Jours près d' Ars (chez Patrick et Farida)

15 jours à Macon (chez Yvette et René à coté de Pascal et Karine)

  Pour une visite à mes parents malades

Papa est chez ma soeure,

  Maman malade est dans une maison de retraite

Merci la famille!!!!!

 

Donc mon petit papa ma offert

(la dernière lecture de ma petite maman)

 

J'ai Dévoré et Adoré les deux livres.

Une merveilleuse lecture. (Yoyo)


2827381800_1.jpg

 

 

Frère Elie,  Merciiiiiiiiiiii!


Merci Fiorella ( l'auteur)

Quand elle rencontre le Frère Elie pour la première fois, les 8 et 9 septembre 2000, Fiorella Turolli est aux prises avec mille problèmes à gérer dans son négoce de cosmétiques et dans son foyer. D’emblée, ce Frère lui parle comme s’il la connaissait depuis toujours, lui indiquant les raisons de la crise. Son mari est stupéfait d’entendre de la bouche du Frère des faits inconnus même de sa femme. L’irruption de ce frère dans la vie de cette famille va bouleverser leur vie, apportant lumière et paix par-delà une multitude de petits faits surprenants: présence d’anges, objets qui se déplacent, visites impromptues en bilocation, sons de cors…

 

Quand le Seigneur nous fait demander ce qu’il veut nous donner

 

Avant de rencontrer le Frère Elie, Fiorella vivait distancée de l’Eglise. Elle cherchait plutôt Dieu à travers des livres de type oriental, et elle pensait être en contact avec le divin présent en elle.

 

Toute petite, elle allait à l’église, et a même fait un peu de catéchisme, mais sans jamais entrer dans les mystères de la foi. Elle a fait sa scolarité en école catholique à Menzingen en Suisse jusqu’à 18 ans, mais elle vivait la religion comme une obligation contraignante…

 

Pourtant elle reconnaît avoir reçu de Dieu beaucoup de grâces. (Il a notamment sauvé un fils en fin de cancer et tiré deux autres enfants de la drogue). Si bien qu’un jour elle s’est exclamée: «Seigneur, tu as tant fait pour moi, que je voudrais faire quelque chose seulement pour toi, pour te remercier»! Et voilà que la semaine suivante, elle rencontrait le Frère Elie!

 

 

http://lesamisdejesus.forumactif.org/t4263-frere-elie-charismes-et-stigmates

A suivre (clic sur link)

 link

 

9782880222659.jpg(Tome 3 j'aimerai trop le lire) Yoyo

 

 

Donc :

Frère Elie est né en 1962

Dans les Pouilles, en Italie.

 

Frère Elie est né en 1962 dans les Pouilles, en Italie. Dès l'enfance il bénéficie de communications surnaturelles. A sept ans, n'a-t-il pas la surprise de voir des anges ?! Le confiant à sa mère qui pétrissait le pain, il en reçut une belle taloche. « C'était la première préfiguration des stigmates et autres croix qui adviennent ici bas avec les joies de Dieu », d'expliquer l'Abbé René Laurentin, mariologue français mondialement réputé.

 

Durant le carême, il ne peut plus manger ; ni sa famille, ni les médecins ne comprennent pourquoi. Après un emploi dans les Postes, il entre chez les frères capucins. Des parfums célestes l'environnent. Quand, à 27 ans, apparaissent les stigmates, Frère Elie n'en veut pas. Il quitte le couvent, en espérant qu'elles cesseront... Mais non ! Il retourne alors dans un monastère pour vérifier sa vocation religieuse. Finalement, il comprend et accepte sa vocation : il sera « Apôtre de Dieu » dans le monde et pour le monde. Il poursuivra, à sa manière, la mission de Padre Pio.

Chaque vendredi, les souffrances de Frère Elie se font plus fortes et chaque année, durant la Semaine Sainte, il souffre la Passion, meurt et renaît, comme le Christ voilà 2000 ans.

 

Guidé par Lechitiel son ange gardien, qui n'est autre que l'ange consolateur du Christ à Gethsémani, le Frère Elie possède de nombreux dons charismatiques, et lit notamment dans les consciences. Personne ne peut lui mentir. Il intervient directement sur place à même les foules recueillies dans les églises,

Exorcisant les personnes possédées,

Guérissant les malades.


A chaque fois sa présence

Dégage un intense parfum céleste de rose

(qui envahit l'assistance)


Un cas unique ou presque dans le monde.

 

A lire : "Frère Elie" de Fiorella Turolli aux Editions du Parvis - Couverture du livre en illustration de cet article.

 

 

 

La Passion de Frère Elie

 

07_elie.jpg

Lien clic sur link

link

 

 

J'ai toujours adoré la photo miraculeuse de frére Elie,

sans savoir que cétait le vrai visage du christ .  

donc :

 

Photo miraculeuse obtenue par Frère Elie des Apôtres de Dieu, en Italie, en 2002. Beaucoup, voyant Frère Elie parler "seul", lui demandaient : "A qui parles-tu ? Que vois-tu ?" Frère Elie,

las de ces demandes, en référa à Jésus.

Celui-ci l'envoya photographier un mur blanc dans une église.

Elie y prit 36 photos.

Toutes sortirent blanches, à l'exception de cet unique cliché.

 

J.jpg

 

04 elie

 

 

Voici les photos De Sa Passion

 

 

elie.jpg

 

 

frerelie-1

 

 

10_elie.jpg

 

 

images-copie-1.jpeg

 

 

Après son retour de Modène,

toute la communauté décida de protéger Frère Elie

(du malin)

en faisant à tour de rôle “la sentinelle” près de sa chambre. Quelques jours plus tard, quelqu’un devait le veiller à son insu toute la nuit pour empêcher que, par tromperie, l’ennemi puisse encore lui faire du mal.

 

link

Pour Savoir + clic sur link

je lis sur differentes sources :

 

'Frère Elie n'est pas prêtre. Il est frère laïc consacré avec les vœux qu'il renouvelle chaque année de manière privée dans l'attente du moment où l'Eglise prononcera une reconnaissance de sa mission et lui permettra de prononcer des vœux perpétuels.

Dans l'immédiat, il est accompagné avec sympathie et prudence par Monseigneur Vincenzo

 

'Il aurait obtenu de l'Eglise, l'autorisation de créer sa propre congrégation "Les Apôtres de Dieu" dont le but est de prier et d'aider particulièrement les familles et les jeunes en difficulté.

link

Pour Savoir + clic sur link

 

 

Mission Du Frère ÉLIE

 

Tout en étant pèlerin dans le monde et pour le monde, il forme en même temps une famille religieuse dédiée principalement à l'accueil des plus faibles, des plus solitaires et des plus marginaux. Notamment, les jeunes à risque d'exclusion sociale à cause du manque de liens familiaux et sociaux, au système d'habitation, à l'intégration formative et au travail social.


En somme, les jeunes abandonnés et violentés, les jeunes, au carrefour de leur vie, se retrouvant seuls et sans guide, parfois sans affection primordiale. À cause de cette situation, ils souffrent d'incommodités extrêmes.


Cappella-del-convento-di-fra--Elia-degli-Apostoli-di-Dio---.jpg

 


http://journalquebecpresse.org/modules/news/article.php?storyid=27

(Photos et + clic sur link)

 

link

 

frre_elie116.jpg

 

 

frre_elie115.jpg

VISITEZ LE SITE :

« Frère Élie »

(recherche sur Google)

 

 


Un lien pour Frère Elie clic sur link

link

http://vincent.detarle.perso.sfr.fr/catho/mystiact.htm

 

 

Frère Elie

 

Nous avons découvert le Frère Elie, stigmatisé aux nombreux charismes, à travers deux livres de Fiorella Turolli que les Editions du Parvis publieront en février sous les titres: Frère Elie, charismes et stigmates (tome 1) et Frère Elie des Apôtres de Dieu (tome 2).


http://www.parvis.ch/stella_maris/sm_410/elie.html

Conférence et rencontre avec Frère Elie en 2005 (France)

http://www.parvis.ch/stella_maris/informations.html#elie


Frère Elie accepte de recevoir dans son couvent en Italie, à 50 km de Rome.

 


 

Bonne Nuit Bisoussssss

Yoyo

Repost 0