Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Yoyo
  • Yoyo
  • : Au Nom de tous les miens et +
  • Contact

Profil

  • Yoyo
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
  • Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 20:35

 

La Passion du Christ de Mel Gibson

cn image.size.s-mel-gibson-copie-1Daprès les Visions

 

 d’Anne Catherine Emmerich

 

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

qu’elle a, sur ordre de son directeur, dictées à un « secrétaire ».

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

Katharina

 

DESCENTE DE CROIX

 

 

La sainte Vierge et Madeleine

étaient assises

au pied de la croix,

à droite, entre la croix de Dismas

et celle de Jésus:

29347.jpg

 

les autres femmes étaient occupées

à préparer le linge, les aromates,

eau, les éponges et les vases.

 

 

Cassius s'approcha aussi et raconta à Abénadar le miracle de la guérison de ses yeux.

 

 

Tous étaient émus, pleins de douleur et d'amour, mais en même temps silencieux et d'une gravité solennelle.

 

  The-Passion-of-the-Christ-3.jpg

On entendait çà et là

Des plaintes étouffées,

De sourds gémissements.


Capt_Image.jpg

Madeleine surtout s'abandonnait tout Entière à sa douleur,

Et rien ne pouvait l'en distraire,

Ni la présence des assistants,

Ni aucune autre considération.

 

Copie-de-the-passion-of-the-christ-magdalen-wiping-blood-of.jpg

 

Nicodème et Joseph placèrent les échelles

derrière la croix, et montèrent avec un grand drap auquel étaient attachées trois longues courroies.

 

 

Ils lièrent le corps de Jésus au-dessous

des bras et des genoux, à l'arbre de la croix,

et ils attachèrent ses bras aux branches transversales avec des linges placés au-dessous des mains.

 

 

Alors ils détachèrent les clous,

en les chassant par derrière avec des goupilles appuyées sur les pointes.

 

 

Les mains de Jésus ne furent pas trop ébranlées

par les secousses,

et les clous tombèrent facilement des plaies,

car celles-ci s'étaient agrandies par le poids du corps,

 

et le corps, maintenant suspendu

au moyen des draps,

cessait de peser sur les clous.

 

 

 

La partie inférieure du corps,

qui, à la mort du Sauveur,

s'était affaissée sur les genoux,

reposait alors

dans sa situation naturelle,


Soutenue par un drap qui était attache,

par en haut, aux bras de la croix.

 

 

Tandis que Joseph enlevait le clou gauche et laissait

le bras gauche entouré de son lien

tomber doucement sur le corps,


Nicodème lia le bras droit de Jésus

à celui de la croix,

et aussi sa tête couronnée d'épines.

 

  Copie-de-Jesus-couronne.jpg

 

qui s'était affaissée sur l'épaule droite:

alors il enleva le clou droit,

et, après avoir entouré de son lien

le bras détaché,

il le laissa tomber doucement

sur le corps.

 

 

En même temps le centurion Abénadar détachait avec effort le grand clou

qui traversait les pieds.

 

 

Cassius recueillit religieusement

les clous et les déposa aux pieds

de la sainte Vierge.

 

  crucifixion-spike-nail2.jpg

 

Alors Joseph et Nicodème

placèrent des échelles

sur le devant de la croix,

presque droites et très près du corps:

 

 

ils délièrent la courroie d'en haut,

et la suspendirent à l'un des crochets qui étaient aux échelles:

 

 

ils firent de même

avec les deux courroies,

  les faisant passer

de crochet en crochet,

descendirent doucement le saint corps

 

Jusque vis-à-vis le centurion,

qui, monté sur un escabeau, le reçut dans ses bras, au-dessous des genoux, et le descendit avec lui,

tandis que Joseph et Nicodème,

soutenant le haut du corps,

descendaient doucement l'échelle,

s'arrêtant à chaque échelon,

et prenant toute sorte de précautions,

comme quand on porte

le corps d'un ami chéri, grièvement blesse.

descente_de_Croix_1.jpg

 

C'est ainsi que le corps meurtri du Sauveur

arriva jusqu'à terre.

 

 

 

C'était un spectacle singulièrement touchant:

 

 

ils prenaient les mêmes ménagements,

les mêmes précautions,

que s'ils avaient craint de causer

quelque douleur à Jésus.

 

 

Ils reportaient sur ce corps tout l'amour,

toute la vénération qu'ils avaient eux

pour le saint des saints durant sa vie.

 

 

 

Tous les assistants avaient les yeux

fixés sur le corps du Seigneur

et en suivaient tous les mouvements;

à chaque instant ils levaient les bras

au ciel,

versaient des larmes,

et montraient par leurs gestes

leur douleur et leur sollicitude.

 

 

Cependant tous restaient dans le plus grand calme,

et ceux qui travaillaient,

saisis d'un respect involontaire,

comme des gens qui prennent part à une sainte cérémonie,

ne rompaient le silence que rarement et à demi voix pour s'avertir et s'entraider.

 

 

 

Pendant que les coups de marteau retentissaient,

Marie, Madeleine et tous ceux qui avaient été présents au crucifiement,

se sentaient le coeur déchiré.

004POC_Maia_Morgenstern_020.jpg

 

Le bruit de ces coups leur rappelait

les souffrances de Jésus:

 

ils tremblaient d'entendre encore le cri pénétrant de sa douleur,

et, en même temps,

ils s'affligeaient du silence

de sa bouche divine,

 preuve trop certaine

de sa mort.

360-Mary-Pieta-3.jpg

 

Quand le corps fut descendu,

on l'enveloppa,

depuis les genoux jusqu'aux hanches,

et on le déposa dans les bras

de sa mère,

qu'elle tendait vers luit

pleine de douleur et d'amour.

 

la_passion_mariesang_christ.jpg

 

 

 

TREMBLEMENT DE TERRE,

APPARITION DES MORTS A JERUSALEM

 

 -------------------------

toutestaccompli

 

Lorsque Jésus, poussant un grand cri, remit son esprit entre les mains

du Père céleste,


je vis son âme,

semblable à une forme lumineuse,

entrer en terre au pied

de la croix,


  avec elle une troupe brillante d'anges,

parmi lesquels était Gabriel.


Ces anges chassaient de la terre

dans l'abîme une multitude

de mauvais esprits.


Jésus envoya plusieurs âmes des limbes dans leurs corps,

afin qu'elles effrayassent et avertissent les impénitents et qu'elles

Rendissent Témoignage

de Lui.

 

Le tremblement de terre qui fendit

la roche du Calvaire causa beaucoup d'écroulements, surtout à Jérusalem

et dans la Palestine.

 

 

   les secousses qui agitaient le sol

  le fracas des édifices qui s'écroulaient répandirent une terreur

encore plus grande.

 

 

Cette terreur fut portée au plus haut degré quand les gens qui fuyaient en pleurant rencontrèrent sur leur chemin


des morts ressuscités

qui les avertissaient

et les menaçaient.


  Il voulut, dans sa passion,

être cloué à la croix,

pour expier l'abus

que nous avons fait

de notre liberté.

  toutestaccompli.jpg

 

 

Lien: tu clic sur link

http://seigneurjesus.free.fr/passionpremierepage.htm

link

 

--------------------------

Passion_du_Christ_2003_Passion_of_the_Christ_1.jpg

 

21h00 : l'âme de Jésus se montre à la vierge Marie

Après minuit Dimanche 16 Nisan

 

 

Jésus avec son corps sacrifié se montre à la vierge Marie près du Calvaire

 

Jésus ressuscité apparaît à la vierge Marie sur la montagne du Calvaire

 

3h30 : Jésus apparaît à Marie Madeleine comme un homme habillé en blanc

 

 

jesus_libre.jpg

Repost 0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:48

 

  La Passion du Christ de Mel Gibson

cn image.size.s-mel-gibson-copie-1

D'après les Visions

D'Anne Catherine Emmerich

 

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

qu’elle a, sur ordre de son directeur, dictées à un « secrétaire ».

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

 

 

Katharina

 

CRUCIFIXION DES LARRONS

 

Pendant qu'on crucifiait Jésus,

les deux larrons, ayant toujours les mains attachées aux pièces transversales de leurs croix, qu'on leur avait placées sur la nuque, étaient couchés sur le dos, près du chemin, au côté oriental du Calvaire, et des gardes veillaient sur eux.

 

 

Accusés d'avoir assassiné une femme juive

et ses enfants qui allaient de Jérusalem à Joppé,

on les avait arrêtés dans un château où Pilate habitait quelquefois

 

 

 

Lorsque la croix du Sauveur fut dressée, les archers vinrent leur dire que c'était leur tour, et les dégagèrent en toute hâte des pièces transversales, car le soleil s'obscurcissait déjà, et il y avait un mouvement dans

la nature comme à l'approche d'un orage.


18375163-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-20040312 064252

 

Les archers appliquèrent des échelles aux deux croix déjà plantées, et y ajustèrent les pièces transversales.

 

 

Après leur avoir fait boire du vinaigre mêlé de myrrhe, on leur ôta leurs justaucorps, puis on leur passa des cordes sous les bras et on les hissa en l'air à l'aide de petits échelons où ils posaient leurs pieds.

 

 

On lia leurs bras aux branches de la croix avec des cordes d'écorce d'arbre; on attacha de même leurs poignets, leurs coudes, leurs genoux et leurs pieds, et on serra si fort les cordes, que leurs jointures craquèrent et que le sang en jaillit.

 

 

Ils poussèrent des cris affreux,

  Le bon larron dit au moment où on le hissait:


Si vous nous aviez traités comme le pauvre Galiléen, vous n'auriez pas eu la peine de nous élever

ainsi en l'air 

 

 

 

Pendant ce temps, les exécuteurs avaient fait plusieurs lots des habits

de Jésus afin de les diviser entre eux.

 

 

 

Mais un messager de Nicodème et de Joseph d'Arimathie vint à eux en courant et leur dit qu'ils trouveraient au bas de la montagne des acheteurs pour les habits de Jésus, alors ils mirent tous ensemble et les vendirent en masse,


ce qui conserva aux chrétiens ces précieuses dépouilles.

Jesus-sur-la-croix.jpg

Les croix des deux larrons,

plus grossièrement travaillées,

s'élevaient à droite et à gauche

de celle de Jésus:

 

THE_PASSION_OF_THE_CHRIST-37.jpg

il y avait entre elles assez d'espace pour qu'un homme à cheval pût y passer;

elles étaient placées un peu plus bas,

et l'une à peu près en regard de l'autre.


 

 

L'un des larrons priait, l'autre insultait Jésus

 

 

Ces hommes, sur leur croix,

présentaient un horrible spectacle,

surtout celui de gauche,

hideux scélérat, à peu près ivre,

qui avait toujours l'injure à la bouche.

 

 

Leurs corps suspendus en l'air

étaient disloqués, gonflés

et cruellement garrottés.

 


Leur visage était meurtri et livide:

leurs lèvres noircies par le breuvage qu'on leur avait fait prendre

et par le sang qui s'y portait,

leurs yeux rouges

et prêts à sortir de leur tête.

 

 

La souffrance causée par les cordes

qui les serraient leur arrachait des cris et des hurlements affreux;

 

 

Gesmas jurait et blasphémait.

Les clous avec lesquels on avait attaché les pièces transversales les forçaient de courber la tête;

ils étaient agités de mouvements convulsifs,

et,quoique leurs jambes fussent fortement garrottées, l'un d'eux avait réussi à dégager un peu son pied,

en sorte que le genou était saillant.


 

mort_de_Jesus_1.jpg

 

Jésus Crucifier

et

Les Deux Larrons

 

 

Le choc terrible de la croix,

qui s'enfonçait en terre, ébranla violemment la tête couronnée d'épines de Jésus et en fit jaillir une grande abondance de sang,

ainsi que de ses pieds et de ses mains.

8811_767142891_la_passion_du_christ1_H194724_L.jpg

 

Les archers appliquèrent leurs échelles à la croix,

et délièrent les cordes avec lesquelles ils avaient attaché le corps du Sauveur pour que la secousse

ne le fasse pas tomber.

 

 

Le sang, dont la circulation avait été gênée par la position horizontale

et la compression des cordes,

se porta avec impétuosité

à ses blessures:

 

jesus-sur-la-croix.jpeg

toutes ses douleurs

se renouvelèrent jusqu'à lui causer un violent étourdissement.

 

 

Il pencha la tête

sur sa poitrine et resta comme mort pendant

près de sept minutes.

 

PassionduChrist.jpg

Il y eut alors une pause d'un moment:

les bourreaux étaient occupés

à se partager les habits de Jésus,

 

 

le son des trompettes du Temple

se perdait dans les airs,

  tous les assistants étaient épuisés

de rage ou de douleur.

 

crucifixion1

Je regardais, pleine d'effroi et de pitié, Jésus, mon salut, le salut du monde:

 

 

je le voyais sans mouvement

presque sans vie,

et moi-même,

il me semblait que j'allais mourir

 

---------------------------

 

Études médico-légales : Conclusions

 

 

 

Aux cours du temps plus de 50 experts ont étudié l'image du linceul, la très grande majorité est d'accord

Une image exacte et infalsifiable , l'image n'est pas peinte, ni imprimée, ni il existe des restes de pigments, ni colorants, ni aucun matériel organique ajouté.

Les taches de sang sont composées d'hemoglobine.

 

 

 

Ce Linceul est l’énigme archéologique

et scientifique

la plus étudiée au monde.


La combinaison des informations de natures physiques, chimiques, biologiques et médicales

n’a pas permis d’expliquer comment l’image

s’est formée et quel phénomène l’a engendrée.


Le Linceul reste un mystère absolu

pour les scientifiques qui sont incapables de donner la moindre explication rationnelle de son origine

Lien clic sur link         link

  --------------------------

Le teint de la sainte Vierge,

comme celui du Sauveur,

était d'une belle couleur jaunâtre

où se fondait un rouge transparent.

passion-du-christ-2004-07-g

 

Les fatigues et les voyages

des dernières années lui avaient bruni les joues au-dessous des yeux.

 

Jésus avait une large poitrine;

004POC Maia Morgenstern 005

elle n'était pas velue comme celle de Jean-Baptiste

qui était toute couverte d'un poil rougeâtre.Ses épaules étaient larges, ses bras robustes, ses cuisses nerveuses, ses genoux forts et endurcis comme ceux d'un homme qui a beaucoup voyagé et s'est beaucoup agenouillé pour prier; ses jambes étaient longues et ses jarrets nerveux; ses pieds étaient d'une belle forme et fortement construits:

 

 

la peau était devenue calleuse

sous la plante

à cause des courses nombreuses

qu'il avait faites, pieds nus,

sur des chemins cahoteux;


 

ses mains étaient belles,

avec des doigts longs et effilés,

et, sans être délicates, elles ne ressemblaient point à celles d'un homme qui les emploie à des travaux pénibles.

 

18843228 w434 h q80

Son cou était plutôt long que court,

mais robuste et nerveux,

sa tête d'une belle proportion

et pas trop forte,

son front haut et large;

Son visage formait un ovale très pur;

 

passionDDDDD-1.jpg

Ses cheveux d'un brun cuivré,

n'étaient pas très épais:

ils étaient séparés sans art 

et tombaient sur ses épaules;

 

 

sa barbe n'était pas longue,

mais pointue et partagée

au-dessous du menton.


Copie-de-crucifixion1.jpgMaintenant sa chevelure

était arrachée en partie

et souillée de sang;


 

son corps n'était qu'une plaie,

sa poitrine était comme brisée,

ses membres étaient disloqués,


les os de ses côtés paraissaient par endroits

à travers sa peau déchirée

 

 

son corps était tellement aminci

par la tension violente

à laquelle il avait été soumis,


qu'il ne courrait pas entièrement l'arbre le la croix.

  The_Passion_of_the_Christ_18707_Medium.jpg

La croix

était un peu arrondie

par derrière,

aplatie par devant,

  on l'avait entaillée à certains endroits, sa largeur étalait

à peu prés son épaisseur.

 

 

Les différentes pièces

qui la composaient étaient de bois

de diverses couleurs,

les unes brunes, les autres jaunâtres;

le tronc était plus foncé,

comme du bois qui est resté longtemps dans l'eau.

Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 22:20

 

 

 

La Passion du Christ

De Mel Gibsoncn image.size.s-mel-gibson-copie-1D'après les Visions

d’Anne Catherine Emmerich

 

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

qu’elle a, sur ordre de son directeur, dictées à un « secrétaire ».

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

 

Katharina

 

Jésus Dépouillé Attaché à la Croix

 

Depuis le matin jusqu'à dix heures, moment où la sentence fut prononcée,

il y eut de la grêle par intervalles:


puis, pendant qu'on conduisait

Jésus au supplice,

le ciel s'éclaircit; mais vers midi,

un brouillard rougeâtre voila le soleil. 

2005_the_passion_recut_003.jpg

L'amour, le désir ardent

d'être prés de son fils,

de tout souffrir avec lui

et de ne pas l'abandonner,

lui rendirent bientôt

une force surnaturelle.

 

------------ 

  Ils lui prodiguèrent encore des coups et des outrages pendant ces derniers pas qui lui restaient à faire.

 

 

Le peuple regardait et insultait;

les soldats, froidement hautains,

maintenaient l'ordre en se donnant

des airs d'importance;

les archers, pleins de rage,

 

  trainaient violemment Jésus sur la plate-forme.


 On ne peut exprimer les souffrances et la douleur déchirante de Marie

à la vue du lieu du supplice

et à l'arrivée sur la hauteur:


Madeleine, navrée jusqu'au

"fond de l'âme

  comme ivre de douleur

ne marchait qu'en chancelant;

133723.1.jpg

 

Quand les saintes femmes le virent,

elles donnèrent de l'argent à un homme

pour qu'il achetât des archers la permission

de faire boire à Jésus le vin aromatisé de Véronique.

 

 

Mais ces misérables

ne le lui donnèrent pas

et le burent eux-mêmes.

  Ils avaient avec eux deux vases de couleur brune,

dont l'un contenait du vinaigre et du fiel,

l'autre une boisson qui semblait du vin

mêlé de myrrhe et d'absinthe:

 ils présentèrent au Sauveur un verre

de ce dernier breuvage:

 

 

 Jésus y ayant posé ses lèvres, n'en but pas.

 

 

  Il y avait dix-huit archers sur la plate-forme:

les six qui avaient flagellé Jésus,

les quatre qui l'avaient conduit,

deux qui avaient tenu les cordes attachées à la croix,

et six qui devaient

le crucifier.

 

18375163-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-20040312 064252

 

Ils étaient occupés, soit près du Sauveur

soit près des deux larrons,

travaillant et buvant tour à tour:

c'étaient des hommes petits et robustes,

avec des figures étrangères et des cheveux hérissés, ressemblant à des bêtes farouches:

ils servaient les Romains et les Juifs pour de l'argent.

 

 

Les archers ôtèrent à notre Seigneur son manteau qui enveloppait

la partie supérieure du corps, la ceinture à l'aide de laquelle ils l'avaient trainé et sa propre ceinture.

 Ils lui enlevèrent ensuite, en la faisant passer par-dessus sa tête,


sa robe de dessus en laine blanche qui était ouverte sur la poitrine,


puis la longue bandelette jetée autour du cou sur les épaules;


enfin comme ils ne pouvaient pas lui tirer la tunique sans couture que sa mère lui avait faite,


à cause de la couronne d'épines,

ils arrachèrent violemment cette couronne de sa tête, rouvrant par là toutes ses blessures;


puis, retroussant la tunique,

ils la lui ôtèrent, avec force injures et imprécations,

en la faisant passer pardessus sa tête


ensanglantée et couverte de plaies.

 

 

004POC_Maia_Morgenstern_019.jpg

  Quel spectacle pour Marie que ce lieu de supplice, cette terrible croix,

ces marteaux, ces cordes, ces clous effrayants,

ces hideux bourreaux demi nus, à peu prés ivres,

faisant leur affreux travail avec des imprécations!


L'absence de Jésus prolongeait le martyre de sa mère: elle savait qu'il était encore vivant,

elle désirait le voir et elle tremblait à la pensée

des tourments sans nom auxquels elle le verrait livré.


Le fils de l'homme était là tremblant, couvert de sang, de contusions, de plaies fermées ou encore saignantes, de taches livides et de meurtrissures.

 

 

 

 

Il n'avait plus que son court scapulaire de laine

sur le haut du corps et un linge autour des reins.

 

 

 

La laine du scapulaire en se desséchant s'était attachée à ses plaies et s'était surtout collée

à la nouvelle et profonde blessure

que le fardeau de la croix lui avait faite à l'épaule

  qui lui causait

une souffrance indicible.

 

 

Ses bourreaux impitoyables

lui arrachèrent violemment le scapulaire

de la poitrine.

 

Son corps mis à nu

était horriblement enflé

et sillonné de blessures.


Ses épaules étaient déchirés jusqu'aux os.

 

 

 

dans quelques endroits la laine blanche du scapulaire

était restée collée aux plaies de sa poitrine

dont le sang s'était desséché.

 

 

 Ils lui arrachèrent alors des reins sa dernière ceinture;

resté nu,

il se courbait,

et se détournait

tout plein de confusion;

 

 

comme il était près de s'affaisser sur lui-même,

ils le firent asseoir sur une pierre,

lui remirent sur la tête la couronne d'épines

et lui présentèrent le second vase

plein de fiel et de vinaigre,

mais

il détourna la tête

en silence.

 

 Au moment où les archers lui saisirent les bras dont

il se servait pour recouvrir sa nudité

et le redressèrent pour

le coucher sur la croix,

passion-christ-hammer.jpg

 

des murmures d'indignation

et des cris de douleur s'élevèrent

parmi ses amis,

à la pensée

de cette dernière ignominie.

 

Sa mère priait avec ardeur,

elle pensait à arracher son voile,

à se précipiter dans l'enceinte,

et à le lui donner pour s'en couvrir,

mais Dieu l'avait exaucée:

004POC Maia Morgenstern 020

car au même instant un homme qui, depuis la porte,

s'était frayé un chemin à travers le peuple,

arriva, tout hors d'haleine,

se jeta au milieu des archers,

et présenta un linge à Jésus

qui le prit en remerciant

et l'attacha autour de ses reins.

 

 

Jésus, image vivante de la douleur, fut étendu par les archers sur la croix où il était allé se placer de lui-même.

jesuscroix1.jpg

Ils le renversèrent sur le dos, et,

ayant tiré son bras droit

sur le bras droit de la croix,

ils le lièrent fortement:

 

Clouement.jpg

puis l'un d'eux mit le genou sur sa poitrine sacrée;

un autre tint ouverte sa main qui se contractait;

un troisième appuya sur cette main

pleine de bénédiction

un gros et long clou

et frappa dessus à coups redoublés avec un marteau de fer.

 

Un gémissement doux et clair sortit

de la bouche du Sauveur:


son sang jaillit sur les bras des archers.

Les liens qui retenaient la main

furent déchirés

et s'enfoncèrent avec le clou triangulaire

dans l'étroite ouverture.

Passion_Jesus_Hand.jpg

J'ai compté les coups de marteau, mais j'en ai oublie le nombre.

 

 

 La sainte Vierge gémissait faiblement

et semblait avoir perdu connaissance:

 

 

Madeleine était hors d'elle-même.

 

 

Les vilebrequins étaient de grands morceaux de fer

de la forme d'un T:

il n'y entrait pas de bois.

 

 

Les grands marteaux aussi étaient en fer et tout d'une pièce avec leurs manches:

ils avaient à peu près la forme qu'ont

les maillets avec lesquels nos menuisiers

frappent sur leurs ciseaux.

 

Les clous, dont l'aspect

avait fait frissonner Jésus,

étaient d'une telle longueur

Copie-de-cloumain.jpgque, si on les tenait en fermant

le poignet,

ils le dépassaient d'un pouce

de chaque côté,

ils avaient une tête plate de la largeur d'un écu.

 Ces clous étaient

à trois tranchants

et gros comme le pouce

à leur partie supérieure;


plus bas ils n'avaient

que la grosseur

du petit doigt;

leur pointe était limée,

et je vis que quand

on les eût enfoncés,

ils ressortaient

un peu derrière la croix.

 

 

MYQuNGAQXMby239Zs7d8aUPYVJ9xnTQ9

Lorsque les bourreaux eurent cloué la main

droite du Sauveur,

ils s'aperçurent que sa main gauche,

qui avait été aussi attachés au bras de la croix,

n'arrivait pas jusqu'au trou qu'ils avaient fait

et qu'il y avait encore un intervalle de deux pouces entre ce trou et l'extrémité de ses doigts:

jesuscroix3.jpg

alors ils attachèrent une corde à son bras gauche

et le tirèrent de toutes leurs forces,

en appuyant les pieds contre la croix,

jusqu'à ce que la main atteignit

la place du clou.

 

 

Jésus poussa des gémissements touchants:

 

Copie-de-passion-christ-hammer.jpg

car ils lui disloquaient entièrement les bras.

Ses épaules violemment tendues se creusaient, on voyait aux coudes les jointures des os.

 

 

Son sein se soulevait et ses genoux

se retiraient vers son corps.

 

 

Ils s'agenouillèrent sur ses bras et sur sa poitrine,

lui garrottèrent les bras, et enfoncèrent le second clou dans sa main gauche d'où le sang jaillit,

pendant que les gémissements du Sauveur se faisaient entendre à travers le bruit des coups de marteau.

 

 

Les bras de Jésus se trouvaient maintenant étendus horizontalement, en sorte qu'ils ne couvraient plus les bras de la croix qui montaient en ligne oblique:

 

 

il y avait un espace vide entre ceux-ci

et ses aisselles.

 

 

La sainte Vierge ressentait

toutes les douleurs

de Jésus;

004POC Maia Morgenstern 022

elle était pâle

comme un cadavre

et des sanglots entrecoupés s'échappaient

de sa bouche.

 

 Les Pharisiens adressaient

des insultes et des moqueries

du côté où elle se trouvait,

 on la conduisit à quelque distance

près des autres saintes femmes.

 

 

Madeleine était comme folle:

elle se déchirait le visage, ses yeux et ses joues étaient en sang.

18375168.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

 

 

Pardonne-nous,

ô Seigneur !

 nous disons t’appartenir mais nous continuons à vivre avec légèreté et ingratitude comme si tu n’étais pas là…

 

crucifixion1.jpg


Pourtant, toi tu t’es donné entièrement pour nous sans broncher.

Lien pour voir et savoir + clic sur link


http://jesusmonsauveur.org/2011/11/29/pardonne-nous-o-seigneur/

 

link

 

Seigneur pardonne nous!

 

De  bâtir nos vies sans toi

Sans espoir-Sans Foi

Seigneur pardonne nous!

coeur-transperce.jpg

Repost 0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 22:18

La Passion du Christ

 de Mel Gibson

cn image.size.s-mel-gibson

 

 

D'après les Visions d’Anne Catherine Emmerich

KatharinaAnne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

qu’elle a, sur ordre de son directeur, dictées à un « secrétaire ».

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanit

 

 

------------------------

244854.1.jpg

Sabrina Impacciatore

Dans le rôle Serafia

(sainte Véronique)

VERONIQUE ET LE SUAIRE

 

 

180_4bc90a19017a3c57fe0037af_1293132767.jpg

 

 

 

Le cortège entra dans une longue rue qui déviait un peu à gauche et où aboutissaient plusieurs rues transversales.

 

 

Beaucoup de gens bien vêtus se rendaient au Temple et plusieurs s'éloignaient à la vue de Jésus par une crainte pharisaïque de se souiller, tandis que d'autres marquaient quelque pitié.

 

 

On avait fait environ deux cents pas depuis que Simon était venu porter la croix avec le Seigneur, lorsqu'une femme de grande taille et d'un aspect imposant, tenant une jeune fille par la main, sortit d'une belle maison située à gauche et précédée d'une avant-cour fermée par une belle grille, à laquelle on arrivait par une terrasse avec des degrés.

 

 

Elle se jeta au-devant

du cortège.

 

C'était Séraphia, femme de Sirach, membre du conseil du Temple, qui fut appelée Véronique, de vera icon (vrai portrait), à cause de ce qu'elle fit en ce jour.

 

 

 

Séraphia avait préparé chez elle d'excellent

vin aromatisé,

avec le pieux désir de le faire boire au Seigneur

sur son chemin de douleur.

 

 

Elle était déjà allée une fois au-devant du cortège:

 

 

 

je l'avais vue, tenant par la main une jeune fille qu'elle avait adoptée,

courir à côté des soldats,

Lorsque Jésus rencontra sa sainte mère.

 

 

Mais il ne lui avait pas été possible

de se faire jour à travers la foule

 elle était retournée près de sa maison

Pour y attendre Jésus.

 

 

Elle s'avança voilée

dans la rue:

 

 

Un linge était suspendu sur ses épaules:

 

 

la petite fille, âgée d'environ neuf ans, se tenait près d'elle et cacha, à l'approche du cortège, le vase plein de vin.

 

 

Ceux qui marchaient en avant voulurent la repousser, mais, exaltée par l'amour et la compassion, elle se fraya un passage avec l'enfant qui se tenait à sa robe, travers la populace, les soldats et les archers, parvint

à Jésus, tomba à genoux et lui présenta le linge qu'elle déploya devant lui en disant:

 

 

Permettez-moi d'essuyer

la face de mon Seigneur.

  fetti.jpg

Jésus prit le linge

de la main gauche,

l'appliqua contre son visage ensanglanté,

 puis le rapprochant de la main droite

qui tenait le bout de la croix,

 il pressa ce linge entre ses deux mains et le rendit avec un remerciement.

 

veronique.jpg

Séraphia le mit sous son manteau après l'avoir baisé et se releva.

 

 

 

La jeune fille leva timidement le vase de vin vers Jésus, mais les soldats et les archers ne souffrirent pas

qu'il s'y désaltérât.

 

 

La hardiesse et la promptitude de cette action avaient excité un mouvement dans le peuple,

ce qui avait arrêté le cortège

pendant près de deux minutes


Et avait permis à Véronique de présenter

Le suaire.

 

 

Les Pharisiens et les archers,

irrités de cette pause,

et surtout de cet hommage public rendu au Sauveur,


se mirent à frapper et à maltraiter Jésus,

pendant que Véronique rentrait en hâte dans sa maison.

 

 

A peine était-elle rentrée dans sa chambre,

qu'elle étendit le suaire sur la table placée devant elle et tomba sans connaissance:

34369925_p.jpg

 

la petite fille s'agenouilla près d'elle en sanglotant.

 

 

Un ami qui venait la voir, la trouva ainsi près du linge déployé où la face ensanglantée de Jésus

s'était empreinte d'une façon merveilleuse,

mais effrayante.

 

 

Il fut très frappé de ce spectacle, la fit revenir à elle et lui montra le suaire devant lequel elle se mit à genoux en pleurant et en s'écriant:

 

 

Maintenant, je veux tout quitter

car le Seigneur m'a donné un souvenir.

 

 

Ce suaire était de laine fine,

trois fois plus long que large;

 

on le portait habituellement

autour du cou:

 

quelquefois on en avait un second

qui pendait sur l'épaule.

 

C'était l'usage d'aller avec un pareil suaire au-devant des gens

affligés, fatigués ou malades,


et de leur en essuyer je visage

en signe de deuil et de compassion.

 

 

Véronique garda toujours Le suaire pendu au chevet De son lit.

 

  Après sa mort,

il revint par les saintes femmes à la sainte Vierge, puis à l'Eglise

par les apôtres.

 

  004POC_Maia_Morgenstern_008.jpg

Vierge Marie

 

 

Donc:

Séraphia était cousine de Jean-Baptiste,

 

Elle était née à Jérusalem.


Lorsque Marie, à l'âge de quatre ans,

fut amenée dans cette ville pour faire partie des vierges du Temple

je vis Joachim, Anne et d'autres personnes qui les accompagnaient, aller dans la maison paternelle de Zacharie, qui n’était pas loin du marché aux poissons.

(Joachin et Anne parent de Marie-Yoyo)

 Elle avait au moins cinq ans de plus

que la sainte Vierge

et assista à son mariage avec

saint Joseph.

(Marie devait avoir 45 ans-Yoyo)


Elle était aussi parente du vieux Siméon qui prophétisa lors de la présentation de Jésus au Temple, et liée avec ses fils dés sa jeunesse.


Ceux-ci tenaient de leur père un vif désir de la venue du Messie qu'éprouvait aussi Séraphia.

 

Cette attente du salut était alors dans le coeur de bien des personnes pieuses comme une aspiration secrète et ardente:

 

 

 

Lorsque Jésus, âgé de douze ans,

resta à Jérusalem et enseigna

dans le Temple,

39386210.jpg

L'image miraculeuse de l'Enfant Jésus

 

Un moine du désert photographia le très Saint Sacrement

alors qu'il était exposé.

Une fois développé, sur le cliché, apparut cette tendre et touchante image de l'Enfant Jésus.

Quelques temps plus tard, il entendit l'Enfant Jésus lui faire cette promesse:

"Je promets que dans chaque maison

ou mon image trouve accueil,

elle apportera bénédiction et paix."

 

-----------

Donc :

Séraphia, qui n'était pas encore mariée,

lui envoyait sa nourriture dans une petite auberge,

située à un quart de lieue de Jérusalem où il restait

quand il n'était pas dans le Temple,


et où Marie, peu après la nativité, venant de Bethléem pour présenter Jésus au Temple,

s'était arrêtée un jour et deux nuits chez deux vieillards.

C'étaient des Esséniens qui connaissaient

La sainte Famille.

 

 

Cette auberge était une fondation pour les pauvres:

 

Jésus et les disciples venaient souvent

y loger.

0412f34b.jpg

Dans les derniers temps de sa vie,

lorsqu'il enseigna dans le Temple,

je vis souvent Séraphia

y envoyer des aliments.

 

  Séraphia se maria tard:

son mari, 

  était membre du conseil du Temple.

 

Comme dans le commencement

il était très opposé à Jésus,

sa femme eut beaucoup à souffrir de lui

à cause de son attachement pour le Sauveur.

 

 

Quelquefois même il l'enfermait pendant assez longtemps dans un caveau.

 

 

Joseph d'Arimathie et Nicodème le ramenèrent

à de meilleurs sentiments,

et il permit à Séraphia de suivre Jésus.

Lors du jugement chez Caiphe.

 

 

Il se déclara pour Jésus avec Joseph et Nicodème,

et se sépara comme eux du Sanhédrin.

 

Séraphia est une grande femme encore belle:

elle doit pourtant avoir plus de cinquante ans;

 

lors de l'entrée triomphale du dimanche des Rameaux, je la vis détacher son voile et l'étendre sur le chemin où passait le Sauveur.

 

 

Ce fut ce même voile qu'elle apporta

à Jésus pendant cette marche

plus triste,

 

mais plus triomphale encore,

pour effacer les traces

de ses souffrances,


Ce voile qui donna à celle

Qui le possédait

Un nouveau nom,


28735518.jpg

Le nom glorieux de Véronique

  Et qui reçoit encore Aujourd'hui

Les hommages publics

De l'Eglise.

  empret79a.jpg

Portrait de Jésus d'après l'image du Suaire

- par Aggeman


Repost 0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 14:14

 

 

La Passion du Christ

Mel Gibson

cn image.size.s-mel-gibson-copie-1

D'après les Visions

D’Anne Catherine Emmerich

 

Katharina

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

 

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

 

 jim-caviezel-50363bd4e192f

 

Dans le rôle de Jésus   Jim-Caviezel

 

 

Au milieu de la route, devant la Porte,

à l'endroit où commence le chemin du Calvaire,

on avait placé sur un poteau un écriteau annonçant

la con-damnation à mort de Jésus et des deux larrons.

 

Les caractères étaient blancs et en relief.


Les Filles De Jérusalem

  Non loin de là, à l'angle de ce chemin,

était une troupe de femmes

qui pleuraient et gémissaient .

 

C'étaient pour la plupart des vierges

et de pauvres femmes de Jérusalem

avec leurs enfants,

qui étaient allées en avant du cortège,

d'autres étaient venues pour la Pâque de Bethléem, d'Hébron et des lieux circonvoisins.


Copie-de-si-1.jpg

Jésus tomba presque

mais il n'alla pas tout à fait à terre,


Parce que Simon

fit reposer la croix sur le sol,

s'approcha de lui et le soutint.

 

  Copie-de-si-2.jpg

C'est la cinquième chute de Jésus sous la croix.

 

 

A la vue de son visage si défait et si meurtri,

les femmes poussèrent des cris de douleur,

et, suivant la coutume juive, présentèrent

à Jésus des linges pour essuyer sa face.

 

 

Le Sauveur se tourna

vers elles, et dit:

  38105197_p.jpg

 

Filles de Jérusalem, ne pleurez

pas sur moi:

pleurez sur vous-mêmes

et sur vos enfants,


car il viendra bientôt un temps

où l'on dira:


Heureuses les stériles et les entrailles qui n'ont point engendré et les seins qui n'ont point allaité!


Alors on commencera à dire aux montagnes:

Tombez sur nous! et aux collines: Couvrez-nous!

Il leur adressa d'autres belles paroles

que j'ai oubliées:

 

je me souviens seulement qu'il leur dit que

leurs larmes seraient récompensées,

qu'elles marcheraient dorénavant sur d'autres chemins, etc.

 

Il y eut une pause en cet endroit:

 

les gens qui portaient les instruments du supplice

se rendirent à la montagne du Calvaire

suivis de cent soldats romains de l'escorte de Pilate,

 

Lequel avait accompagné de loin

le cortège.

Arrivé à la porte,

Il rebroussa chemin

Vers l'intérieur de la ville.

 

pilate_2-copie-1.jpg

Repost 0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 18:40

La Passion du Christ

 Film de Mel Gibson

 

  cn image.size.s-mel-gibson-copie-1

 

 

D'après les Visions

d’Anne Catherine Emmerich

 

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

 

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.


Katharina

 

  -----------------------

 

jim-caviezel-50363bd4e192fDans le rôle de Jésus  Jim-Caviezel

 


Maia Morgenstern -  dans le rôle de Marie 

 

------------------------

 

SIMON DE CYRENE  Troisième Chute De Jésus.

 

 

 


Le cortège arriva à la porte d'un vieux mur intérieur

de la ville.

Devant cette porte est une place où aboutissent

trois rues.

 

PassionC04a-copie-1.jpg

Là, Jésus, ayant à passer encore par-dessus une grosse pierre,

trébucha et s'affaissa;

la crois roula à terre

près de lui;

 

lui-même, cherchant

à s'appuyer sur la pierre,

tomba misérablement

tout de son long

et il ne put plus se relever.


 

Des gens bien vêtus qui se rendaient

au Temple passèrent par là

et s'écrièrent avec compassion:

Hélas! le pauvre homme se meurt!

 

passionduchrist003

Il y eut quelque tumulte on ne pouvait plus remettre Jésus sur ses pieds, et les Pharisiens,

qui conduisaient la marche,

 

dirent aux soldats:

Nous ne pourrons pas l'amener vivant,

si vous ne trouvez quelqu'un

pour porter sa croix .

si-1.jpg 

Ils virent à peu de distance

Un Païen,

 

Nommé Simon de Cyrène,

 

accompagné de ses trois enfants, et portant sous le bras un paquet de menues branches,

car il était jardinier et venait de travailler dans les jardins situés près du mur oriental de la ville.


 

Chaque année, il venait à Jérusalem pour la fête,

avec sa femme et ses enfants,

et s'employait à tailler des haies

comme d'autres gens de sa profession.

 

 

Il se trouvait au milieu de la foule

et quand les soldats reconnurent à son habit

que c'était un païen et un ouvrier

de la classe inférieure,

ils s'emparèrent de lui et lui dirent d'aider

Le Galiléen à porter

Sa Croix.

 

 

Il s'en défendit d'abord

Et montra une grande Répugnance,

(mais il fallut céder à la force)

 

Ses enfants criaient et pleuraient,

et quelques femmes qui le connaissaient

les prirent avec elles.

 

 

Simon ressentait beaucoup

de dégoût

et de répugnance

(à cause du triste état où se trouvait Jésus)

 

si-2.jpg

 Mais Jésus pleurait

et le regardait de l'air le plus touchant.

 

Simon l'aida à se relever,

et aussitôt les archers attachèrent beaucoup plus à l’arrière l'un des bras de la croix qu'ils assujettirent sur l'épaule de Simon.

 

 

Il suivait immédiatement Jésus, dont le fardeau était ainsi allégé.


 

Les archers placèrent aussi autrement

la couronne d'épines.

 

 

Cela fait, le cortège se remit en marche.

 

Simon était un homme Robuste,

Âgé de quarante ans;

il avait la tête nue:

son vêtement de dessus était court:


il avait autour des reins des morceaux d'étoffe:

ses sandales, assujetties autour des jambes par des courroies, se terminaient en pointe:


ses fils portaient des robes bariolées.

 

Deux étaient déjà grands;

ils s'appelaient Rufus et Alexandre,

et se réunirent plus tard aux disciples.

 

Le troisième était plus petit,

et je l'ai vu encore enfant prés de

saint Etienne.

 

Simon ne porta pas Longtemps la croix

Derrière Jésus

Sans se sentir Profondément touché.

 

Quatrième chute de Jésus

 

Le chemin était très inégal et, immédiatement avant la porte, il y avait un grand bourbier.

 

Les archers tirèrent violemment Jésus en avant et on se pressa les uns contre les autres.

 

Simon de Cyrène voulut passer à côté, ce qui fit dévier la croix,et

  Jésus tombant pour

La quatrième fois

Sous son fardeau,


fut rudement précipité dans le bourbier, en sorte que Simon put à peine retenir la croix.

 

Il dit alors d'une voix affaiblie et pourtant distincte:

Hélas! hélas!

Jérusalem,

combien je t'ai aimée!

J’ai voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses petits sous ses ailes,

et tu me chasses si cruellement hors de tes portes !

 

 Le Seigneur parla ainsi

avec une tristesse profonde,

mais les Pharisiens ayant entendu ces Paroles, l'insultèrent de nouveau, disant:

ce perturbateur n'en a pas fini:

 

il tient encore de mauvais propos;

puis ils le frappèrent et le traînèrent

en avant pour le retirer du bourbier,

 


Simon de Cyrène fut

si indigné des cruautés exercées envers Jésus,

qu'il s'écria:

Si vous ne mettez pas fin

à vos infamies


je jette là la croix,

quand même vous voudriez me tuer aussi.

Repost 0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 21:06

La Passion du Christ

Film de Mel Gibson

 

cn image.size.s-mel-gibson-copie-1

Daprès les Visions 

d’Anne Catherine Emmerich


Katharina

 

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,


  De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

 

jim-caviezel-50363bd4e192f.jpg

Dans le rôle de Jésus Jim-Caviezel

-----------------

 

  Première Chute

De Jésus Sous La Croix.

 

 

 

La rue, peu avant sa fin, se dirige à gauche,

devient plus large et monte un peu;

 

il y passe un aqueduc souterrain venant de la montagne de Sion;

je crois qu'il longe le forum


près de la porte des Brebis.

 

 

J'ai entendu le bruit de l'eau coulant dans les conduits.

 

 

Lorsque Jésus arriva là,

il n'avait plus la force de marcher;

comme les archers le tiraient et le poussaient

sans miséricorde,

il tomba de tout son long contre cette pierre,

et la croix tomba prés de lui.

 

 

Les bourreaux s'arrêtèrent

le frappant à grands coups de pied;

 

 

le cortège s'arrêta un moment

en désordre:

 

 

c'était en vain qu'il tendait la main

pour qu'on l'aidât:


Ah ! dit-il,

ce sera bientôt fini , et il pria pour ses bourreaux;

 

 

Mais les Pharisiens crièrent:

 

Relèves-le;

Sans cela il mourra dans nos mains.


 

Des deux côtés du chemin on voyait ça et là

des femmes qui pleuraient

et des enfants, qui s'effrayaient.

 

 

Soutenu par un secours Surnaturel

Jésus releva la tête,

 

 

et ces hommes abominables,

au lieu d'alléger ses souffrances,

 lui remirent ici

la couronne d'épines.

  avisdujour20040930-jpg-4016215yhpcx_1713.jpg

 

Lorsqu'ils l'eurent remis sur ses pieds

en le maltraitant,

ils replacèrent la croix sur son dos,

et il lui fallut pencher de côté,

avec des souffrances inouïes,

sa tête déchirée par les épines,

afin de faire place sur son épaule au fardeau

dont il était chargé.

 

 

C'est avec ce nouvel accroissement à ses tortures

qu'il gravit en chancelant la montée

que présentait ici la rue devenue plus large.

 

  Copie-de-THE_PASSION_OF_THE_CHRIST-25.jpg

 

Marie

 

  Quand je vis la mère de Dieu pâle,


les yeux rouges de pleurs,

tremblante et se soutenant à peine,

traverser cette maison,

enveloppée de la tête aux pieds

dans un manteau d'un gris bleuâtre,

 

 

je me sentis le coeur tout déchiré.

 


On entendait déjà le bruit du cortège qui s'approchait, le son de la trompette et la voix du héraut

criant le jugement au coin des rues.

 

 

La porte fut ouverte par le domestique;

le bruit devint plus distinct et plus effrayant.


Marie pria et dit à Jean:


Dois-je voir ce spectacle

?

Dois-je m'enfuir

?

Comment pourrai-je le supporter

?

 

 

Si vous ne restiez pas, répondit Jean,

vous vous le reprocheriez

amèrement plus tard .


la passion marie sang

Marie

Ils passèrent alors la porte;

elle s'arrêta et regarda à droite

sur le chemin

Hélas !

  le son de la trompette lui perça

le coeur !

 

 

  Lorsque les gens qui portaient les instruments

du supplice s'approchèrent d'un air insolent

et triomphant,


la mère de Jésus se prit à trembler

et à gémir,

elle joignit ses mains,


et un de ces misérables demanda:

Quelle est cette femme qui se lamente

?

Un autre répond:

C’est la mère du Galiléen.


Quand ces scélérats entendirent ces paroles,

ils accablèrent de leurs moqueries

cette douloureuse mère;

 

 

 

l'un d'eux prit dans sa main les clous

qui devaient attacher Jésus à la croix,

et les présenta à la sainte Vierge

d'un air moqueur.

 

MYQuNGAQXMby239Zs7d8aUPYVJ9xnTQ9.jpg

 

Elle regarda Jésus en joignant les mains,

 

  brisée par la douleur, s'appuya pour ne pas tomber contre la porte,

pâle comme un cadavre et les lèvres bleues.

 

 

Les Pharisiens passèrent sur leurs chevaux,

puis l'enfant qui portait l'inscription,

puis enfin, à deux pas derrière lui,

le fils de Dieu son fils, le très saint,

le rédempteur, son bien-aimé Jésus,

chancelant, courbé sous son lourd fardeau,

détournant douloureusement sa tête

couronnée d'épines

et de la lourde croix qui pesait sur son épaule.

 

 

Les archers le tiraient en avant

avec des cordes;

son visage était livide,

sanglant

et meurtris:

 

 

sa barbe inondée d'un sang à moitié figé

qui en collait tous les poils ensemble.

 

 

Ses yeux éteints et ensanglantés,

sous l'horrible tresse de la couronne d'épines,

jetèrent sur sa douloureuse mère un regard triste et compatissant,

  trébuchant sous son fardeau,

 Il Tomba

Pour la seconde fois

Sur ses genoux

et

Sur ses mains.


29342.jpg

 

  Marie, sous la violence de sa douleur,

ne vit plus ni soldats ni bourreaux

elle ne vit que son fils bien-aimé

réduit à ce misérable état;

 

 

elle se précipita de la porte de la maison au milieu des archers qui maltraitaient Jésus,

tomba à genoux près

de lui et le serra

dans ses bras.

 

OuelletPassion4.jpg

J'entendis les mots:

Mon fils !

Ma mère !

 mais je ne sais s'ils furent prononcés réellement ou seulement en esprit.


viergemariecroixjesus

 

 

Pendant ce temps, les archers avaient relevé Jésus et lui avaient remis d'une autre manière la croix sur les épaules.

 

 

Les bras de la croix s'étaient détachés:

 

 

l'un des deux avait glissé

et s'était pris dans les cordes.

 

  the passion of the christ jesus embraces the cross passion2

 

 

Ce fut celui-ci que Jésus embrassa,


Thorn-again---Jim-Cavieze-006

 

de sorte que par derrière la pièce principale penchait davantage vers la terre.

 

 

Je vis, çà et là, parmi la populace qui suivait le cortège en proférant des malédictions et des injures,

 

 quelques figures de femmes voilées

  versant des larmes.

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 20:35

 

 

 

La Passion du Christ


Film de Mel Gibson


cn image.size.s-mel-gibson-copie-1 

D'après les Visions

d’Anne Catherine Emmerich


Katharina

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

 


De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

 

  jim-caviezel-50363bd4e192f

Dans le rôle de Jésus Gim-Caviezel

 

-----------------------

  Jésus porte sa Croix

 

  Passion_du_Christ_2003_Passion_of_the_Christ_2.jpg

 

Lorsque Pilate eut quitté son tribunal,

une partie des soldats le suivit et se rangea devant le palais pour former le cortège;

une petite escorte resta près des condamnés.

 

Vingt-huit Pharisiens armés,

parmi lesquels les six ennemis acharnés de Jésus qui avaient pris part à son arrestation sur le mont des Oliviers,

vinrent à cheval sur le forum pour l'accompagner au supplice.

 

 

Alors commença la marche triomphale du Roi des Rois,

si ignominieuse sur la terre,

Si

Glorieuse dans le ciel.

 

PassionC04a.jpg

 

Le trompette de Pilate donna le signal du départ,

parce que le gouverneur lui-même voulait se mettre

à la tête d'un détachement pour prévenir

toute espèce de mouvement tumultueux dans la ville.

 

 

Il était à cheval, revêtu de son armure,

et entouré de ses officiers et d'une troupe de cavaliers.

 

 

Ensuite venait un détachement d'environ

trois cents soldats d'infanterie,

tous venus des frontières de l'Italie et de la Suisse.

 

 

 

En avant du cortège allait un joueur

de trompette,

qui en sonnait à tous les coins

de rue

et proclamait la sentence.

 

 

Quelques pas en arrière marchait une troupe d'hommes et d'enfants

qui portaient des cordes, des clous, des coins

et des paniers où étaient différents objets;

 


d'autres, plus robustes, portaient des porches,

des échelles et les pièces principales des croix

des deux larrons;

 

 

puis venaient quelques-uns des Pharisiens à cheval;

et un jeune garçon qui portait devant sa poitrine l'inscription que Pilate avait faite pour la croix;

 

 

 il portait aussi,

au haut d'une perche,

la couronne d'épines

de Jésus,

  Copie-de-img-6.jpg

 

qu'on avait jugé ne pouvoir lui laisser sur la tête pendant le portement de la croix.


Ce jeune homme n'était pas très méchant.


Enfin s'avançait Notre Seigneur,

Les pieds nus et sanglants,

 

 

courbé sous le pesant fardeau

de la croix,

chancelant, déchiré, meurtri,

n'ayant ni mangé, ni bu, ni dormi

depuis la Cène de la veille,

15001 image1 big

épuisé par la perte de son sang,

  dévoré de fièvre, de soif,

de souffrances intérieures infinies;


sa main droite soutenait la croix sur l'épaule droite;

sa gauche, fatiguée, faisait par moments un effort

pour relever sa longue robe,


où ses pieds mal assurés s'embarrassaient.

 

 

Quatre archers tenaient à une grande distance le bout des cordes attachées à sa ceinture;


 

les deux archers de devant le tiraient à eux,

the-passion-of-the-christ-jesus-embraces-the-cross-passion2.jpg

les deux qui suivaient le poussaient en avant,


en sorte qu'il ne pouvait assurer aucun de ses pas et que les cordes l'empêchaient de relever sa robe.

 

Ses mains étaient blessées et gonflées par suite de la brutalité avec laquelle elles avaient été garrottées, précédemment,


son visage était sanglant et enflé,

sa chevelure et sa barbe souillée de sang;

Copie-de-15001_image1_big.jpg

son fardeau et ses chaînes pressaient sur son corps son vêtement de laine, qui se collait à ses plaies et les rouvrait.

 

Autour de lui, ce n'était que dérision et cruauté:

 

mais ses souffrances et ses tortures indicibles

ne pouvaient surmonter son amour;

 

Thorn-again---Jim-Cavieze-006.jpg

Sa bouche priait,

Et son regard éteint pardonnait.

 

 

A une assez grande distance était le cortège de Pilate; le gouverneur romain était en habit de guerre,

au milieu de ses officiers, précédé d'un escadron de cavalerie et suivi de trois cents soldats à pied:

 

il traversa le forum, puis entra dans

une rue assez large.

 

Il parcourait la ville afin de prévenir tout mouvement populaire.

 

 

Jésus fut conduit par une rue excessivement étroite

et longeant le derrière des maisons,

afin de laisser place au peuple

qui se rendait au Temple,

et aussi pour ne pas gêner Pilate et sa troupe.

 

 

La plus grande partie du peuple s'était mise en mouvement aussitôt après la condamnation,

 

La plupart des Juifs se rendirent dans leurs maisons

ou dans le Temple,

afin de terminer à la hâte leurs préparatifs pour l'immolation de l'agneau pascal;

 

 

toutefois, la foule, composée d'un mélange

de toute sorte de gens, étrangers, esclaves, ouvriers, femmes et enfants, était encore grande,


et on se précipitait en avant

de tous les côtés

pour voir passer le triste cortège;


 

la plupart allèrent jusqu'au Calvaire,

la rue par laquelle on conduisit Jésus

était à peine large de deux pas;

elle passait derrière des maisons,

et il y avait beaucoup d'immondices.

 

 

Il y eut beaucoup à souffrir:

 

les archers se trouvaient tout prés de lui,

 

la populace aux fenêtres l'injuriait,

 

des esclaves lui jetaient de la boue et des ordures,

 

de méchants garnements versaient sur lui des vases pleins d'un liquide noir et infect,

 

 des enfants même, excités par ses ennemis,

ramassaient des pierres dans leurs petites robes,

et couraient à travers le cortège

 pour les jeter sous ses pieds

en l'injuriant.

  mormon-jesus-enfants.jpg

 

C'était ainsi que les enfants

le traitaient,

lui qui avait aimé les enfants,

qui les avait bénis et déclarés Bienheureux.

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 18:39

 

 

La Passion du Christ


Film de Mel Gibson

 

cn image.size.s-mel-gibson-copie-1

 

D'après les Visions

d’Anne Catherine Emmerich


Katharina

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

 

 

De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

 

 

Jésus Condanné à la Mort De la Croix.

jim-caviezel-50363bd4e192fDans le rôle de jésus Jim-Caviezel 


 

Jésus fut conduit de nouveau devant la maison de Pilate.

 

Les archers lui firent monter l'escalier avec leur brutalité accoutumée;

 

Copie-de-Jesus-couronne.jpg

mais il s'embarrassa dans son vêtement, et tomba

 

   Les ennemis de Jésus

qui avaient repris leurs places à l'entrée du forum, rirent de sa chute ainsi que la populace,

  les archers le frappèrent

à coups de pied

pour qu'il se relevât.

 

 

Pilate leur dit:

C'est la coutume que je vous délivre

un criminel à la Pâque.


78882

Qui voulez-vous que Je vous délivre:

Barabbas,

ou Jésus, le Roi des Juifs,

Jésus, qu'on dit être l'oint du Seigneur

?

LaPassionDuChristCapture2.jpg

 

Marie, Madeleine, Jean et les saintes femmes

se tenaient dans un coin du forum,

tremblant et pleurant.


3-44-7a5f4-copie-1.jpg

 

Quoique la mère de Jésus sût bien que sa mort était

le seul moyen de salut pour les hommes,

elle était pleine d'angoisse


de même que Jésus, devenu homme et destiné au supplice de la croix par sa libre volonté,

n'en souffrait pas moins comme un homme ordinaire

 

 

  Marie souffrait toutes les douleurs

que peut ressentir une mère

à la vue d'un fils vertueux et saint,

ainsi traité par un peuple ingrat et cruel.


THE_PASSION_OF_THE_CHRIST-25-copie-1.jpg

 

Marie priait pour qu'un si grand crime

ne s'achevât pas.

Elle disait comme Jésus au jardin des Oliviers:

Si cela est possible,

que ce calice s'éloigne.

 

 

Elle espérait encore un peu

Parce que le bruit courait dans le peuple

Que Pilate voulait libérer Jésus.

 

 Au loin d'elle étaient des groupes

De gens de Capharnaüm

Que Jésus avait guéris et enseignés

 

ils faisaient semblant de ne pas la connaître,

et regardaient à la dérobée les malheureuses femmes cachées sous leurs voiles.


  the passion of the christ claudia and pilate passion107 

Pilate avait renvoyé son gage à sa femme

pour lui indiquer qu'il voulait tenir sa promesse.

 

 

Il s'avança de nouveau sur la terrasse,

et s'assit auprès de la petite table.

 

 

Les Princes des Prêtres avaient aussi repris leurs sièges, et Pilate cria de nouveau:

 

 

Lequel des deux dois-je vous délivrer

?

 

Il s'éleva un cri général

Dans tout le forum:

 

 

donnez-nous Barabbas !

the passion of the christ barrabbas freed blind eye passion

Pilate dit encore:

Que dois-je donc faire de Jésus,

qui est appelé le Christ,

le Roi des Juifs

?

pilate_2.jpg

Tous crièrent tumultueusement:

Qu'il soit crucifié!

Qu'il soit crucifié!

 


Pilate demanda pour la troisième fois:

 


Mais qu'a-t-il fait de mal

?

 

Je ne trouve point en lui de crime qui mérite la mort.

Je vais le faire fouetter et le laisser aller.

 

Crucifiez-le!

Crucifiez-le!

 

Éclata partout comme

Une tempête infernale

 


les Princes des Prêtres et les Pharisiens s'agitaient et criaient comme des furieux.


Alors le faible Pilate

délivra le malfaiteur Barabbas,

et condamna Jésus.

 

P19.jpg

 

Pilate qui ne cherchait pas la vérité, mais un moyen de sortir d'embarras, était plus incertain que jamais:

 

sa conscience disait:

Jésus est innocent,

sa femme disait:

Jésus est saint;

sa superstition disait:

Il est l'ennemi  -  De tes Dieux;

sa lâcheté disait:

Il est un Dieu lui-même

et se vengera.

 

 

Il interrogea encore Jésus d'un ton inquiet et solennel,

  Jésus lui parla de ses crimes les plus secrets,

 

de la misérable destinée qui l'attendait

et lui annonça que lui-même, au dernier jour,

viendrait, assis sur les nuées du ciel,

Prononcer sur lui un juste jugement:

THE PASSION OF THE CHRIST-10

 Il était furieux de se trouver là, dans toute la nudité

de son ignominie intérieure,

en face de Jésus qu'il ne pouvait s'expliquer:

 

il s'indignait que cet homme

qu'il avait fait fouetter,

qu'il pouvait faire crucifier,

Lui prédit une finmisérable


 Tout cela blessait profondément

Son orgueil.

 

 

Au bruit de ces cris sanguinaires,

Pilate fit tout préparer pour prononcer sa sentence.

Il se fit apporter des vêtements de cérémonie,

il mit sur sa tête une espèce de diadème

où brillait une pierre précieuse,

et se revêtit d'un autre manteau:

on porta aussi un bâton devant lui.

 

 

Le Sauveur, portant toujours son manteau rouge

et sa couronne d'épines,

fut alors amené par les archers devant le tribunal,

à travers la foule qui le huait,

et placé entre les deux malfaiteurs.


Lorsque Pilate se fut assis sur son siège,

il dit encore aux ennemis de Jésus:


Voilà votre roi.


passion1

Crucifiez-le ! Répondirent-ils.

 Dois-je crucifier votre roi

?

dit encore Pilate.

Nous n'avons pas d'autre roi que César , crièrent les Princes des Prêtres. Pilate ne dit plus rien et commença à prononcer le jugement. malfaiteurs de la dernière classe.

--------------------

Les croix des deux larrons étaient auprès d'eux:

celle du Sauveur n'était pas encore là,

parce que sa sentence de mort

n'avait pas été prononcée.

 

 

La sainte Vierge, qui s'était retirée après la flagellation,

se jeta de nouveau dans la foule pour entendre la sentence de mort de son fils et de son Dieu.


Jésus se tenait debout

au milieu des archers,

au bas des marches du tribunal.


the passion of the christ jesus before pilate passion112

La trompette se fit entendre

pour demander du silence,

 

Pilate prononça son jugement

sur le Sauveur.

 

Copie-de-passion1.jpg

 

Je condamne Jésus

de Nazareth, Roi des Juifs,

à être crucifié,

 

et il ordonna aux archers d'apporter la croix.

 

 Je crois me rappeler qu'il brisa un long bâton

et en jeta les morceaux aux pieds de Jésus.

 

 

La mère de Jésus tomba

sans connaissance à ces mots,

comme si la vie l'eût abandonnée;

maintenant il n'y avait plus de doute,

la mort de son fils bien-aimé

était certaine,

La mort la plus cruelle.

 

 

mais elle ne fut pas plus tôt revenue

à elle qu'elle voulut parcourir les lieux témoins des souffrances de Jésus,

 

  il fallut que ses compagnes la conduisissent

de place en place,

car le désir de s'associer à la Passion de Jésus


par un culte mystique la poussait à offrir le sacrifice

de ses larmes partout où le Rédempteur

né de son sein avait souffert.

Pour les péchés des hommes,ses frères.

--------------------

 

Pendant que Pilate prononçait son jugement inique,

je vis que Claudia Procle, sa femme,

lui renvoyait son gage et renonçait à lui;

 

le soir de ce jour elle quitta secrètement le palais

pour se réfugier près des amis de Jésus,

 

  on la tint cachée dans un souterrain sous la maison de Lazare, à Jérusalem.

 

Ce même jour,

je vis aussi un ami du Sauveur graver sur une pierre derrière la terrasse de Gabbatha,

deux lignes où se trouvaient


Les mots de Judex injustus,

et

Le nom de Claudia Procle:

 

Je vis enfin que cette pierre se trouve encore,

sans qu'on le sache,

dans les fondements d'une maison ou d'une église

à Jérusalem au lieu où se trouvait Gabbatha.

 

Claudia Procle se fit chrétienne,

suivit Saint Paul

et devint son amie particulière.

 

Copie-de-la-passion-du-christ_160664_28732.jpg

 

Les méchants hommes qui entouraient Jésus le mirent

 

de nouveau à nu et lui délièrent les mains

afin de pouvoir l'habiller,

 

ils arrachèrent de son corps couvert

de plaies

le manteau de laine rouge

qu'ils lui avaient mis par dérision,

 

et rouvrirent par là beaucoup

de ses blessures;

 

il mit lui-même en tremblant

son vêtement de dessous,

et ils lui jetèrent son scapulaire

sur les épaules.

 

Comme la couronne d'épines était trop large

et empêchait qu'on pût passer la robe brune

sans couture que lui avait faite sa mère,

 

on la lui arracha de la tête,

et toutes ses blessures saignèrent de nouveau avec des douleurs indicibles.

 

Ils lui mirent encore son vêtement de laine blanche,

sa large ceinture, et enfin son manteau;

puis ils lui attachèrent de nouveau,

au milieu du corps, le cercle à pointes de fer

auquel étaient liées les cordes

avec lesquelles ils le traînaient;

 tout cela se fit avec leur brutalité

et leur cruauté ordinaires.

 

 

Le païen orgueilleux

 

Tremblant Devant Dieu

 Adorant les idoles,


le courtisan du monde,

l'esclave de la mort,

triomphant dans le temps jusqu'à ce qu'arrive le terme de la mort éternelle,


THE PASSION OF THE CHRIST-29


Pilate prit entre les deux


 s'en revint dans son palais

entouré de ses officiers

et

de ses gardes,


Précédé d'un trompette.

Le jugement inique

fut rendu

Vers dis heures

du matin,

(Suivant notre manière de compter)

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 12:38

 

La Passion du Christ

Film de Mel Gibson


cn image.size.s-mel-gibson-copie-1

D'après les Visions

d’Anne Catherine Emmerich


Katharina

 

Anne-Catherine Emmerich, religieuse allemande (1774-1823),

a été pendant toute sa vie témoin de visions exceptionnelles,

 

  De santé fragile, marquée des stigmates du Christ,

elle a passé son temps alitée,

à prier et à prendre sur elle les souffrances de l’humanité.

-------------------------

 

Maia_Morgenstern_6.jpg

Dans le rôle de La vierge Marie

Maia Morgenster

 

Marie Pendant La Flagellation De Jésus.

 

la passion marie

 

Je vis la Sainte Vierge

En extase continuelle

Pendant la flagellation

De notre divin Rédempteur


Elle vit et souffrit intérieurement

Avec un amour et une douleur indicibles tout ce que Souffrait son fils.

 

 

Souvent de faibles gémissements sortaient

de sa bouche; ses yeux étaient rouges de larmes.

  1-copie-1

Marie

Elle était voilée et étendue dans les bras de Marie d'Héli, sa soeur aînée, qui était déjà vieille et ressemblait beaucoup à Anne, leur Mère.

(Sainte Anne la Maman de Marie)

 

 

Marie de Cléophas, fille de Marie d'Héli était aussi là

et se tenait presque toujours au bras de sa mère.


passion-du-christ-2004-05-g

 

Marie et Marie-Madeleine

Les saintes amies de Marie et de Jésus étaient voilées, tremblantes de douleur et d'inquiétude, serrées autour de la Sainte Vierge,

  poussant de faibles gémissements

comme si elles eussent attendu leur propre sentence de mort.


passion mary 1

Marie (Marie Cléophas)

 

Marie avait une longue robe blanche et par-dessus

un grand manteau de laine blanche

avec un voile d'un blanc approchant du jaune.


004POC_Maia_Morgenstern100.jpg

Vierge Marie 

 

Copie-de-the-passion-of-the-christ-magdalen-wiping-blood-of.jpg

 

Marie-Madeleine

Madeleine était bouleversée

et terrassé par la douleur,

ses cheveux étaient épars

sous son voile.

 

La-passion-du-Christ

Marie-Madeleine


Lorsque Jésus, après la Flagellation,

Tomba au pied de la colonne,

Je vis Claudia Procle, la femme de Pilate,

Envoyer à la mère de Dieu de grandes pièces de toile.


Copie de la-passion-du-christ 160664 28732

Claudia Procle (femme de Ponce Pilate)


Je ne sais si elle croyait que Jésus serait délivré

et que cette toile serait nécessaire à sa mère

pour panser ses blessures,


Ou si la païenne compatissante

Savait l'usage auquel la sainte Vierge emploierait

Son présent.

 

 

Marie, revenue à elle,

vit son fils tout déchiré

conduit par les archers:


004POC_Maia_Morgenstern_021.jpg

Il essuya ses yeux

Pleins de sang

Pour regarder sa mère.

 

 

Elle étendit les mains vers lui

Et suivit des yeux

la trace sanglante de ses pieds.


THE_PASSION_OF_THE_CHRIST-3.jpg 

Marie

 

Je vis bientôt Marie et Madeleine,

S'approcher de la place où Jésus avait Eté flagellé:


passion-du-christ-2004-10-g

Marie-Madeleine

 

 

cachées par les autres saintes femmes

et par quelques personnes bien intentionnées

qui les entouraient

elles se prosternèrent

à terre près de la colonne,

013

 Et

Essuyèrent partout le sang sacré

De Jésus

Avec les linges qu'avait envoyés

Claudia Procle.

 

la passion marie

 

  Marie dans une grande souffrance

se prosterna à terre.

 (Ou Jésus fut flagollé)

 

 

3-copie-1.jpg 

Jean n'était pas en ce moment

près des saintes femmes,

Qui étaient à peu près au nombre de vingt.

 

 

la_passion_marie_sang.jpg

Il était environ neuf heures du matin lorsque finit la flagellation.


images-copie-1


004POC_Maia_Morgenstern_022.jpg

conversationschrist 5

Repost 0